Instabilité posturale au stade précoce de la scoliose idiopathique de l'adolescente

par Thierry Haumont

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Philippe Perrin.

Soutenue le 25-11-2010

à Nancy 1 , dans le cadre de BioSE - Ecole Doctorale Biologie, Santé, Environnement , en partenariat avec Nutrition-génétique et exposition aux risques environnementaux - UMR 724 (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Michel Rogez.

Le jury était composé de Jean-Louis Guéant, Pierre Lascombes.

Les rapporteurs étaient Pierre Denise, Herman Kingma.


  • Résumé

    La scoliose idiopathique de l'adolescent est une pathologie fréquente responsable d'une déformation tridimensionnelle du rachis. Des troubles infra-cliniques du contrôle postural sont décrits impliquant le vestibule, la proprioception et la vision, mais la littérature fait état de ces troubles pour des scolioses évoluées. Ainsi, notre étude a eu pour but de mesurer s'il existait des différences de contrôle postural en relation avec l'importance de la déformation pour des scolioses peu évoluées, au moment du diagnostic. Une population de 65 adolescentes présentant une scoliose idiopathique (11,4 ± 2,3 ans) a été soumise, au moment du diagnostic, à un examen clinique et radiographique (angle de Cobb), ainsi qu'à des tests posturographiques statiques et dynamiques, avec et sans conflits sensoriels. Deux groupes ont été constitués en fonction de l'importance de la déformation scoliotique. L'angle de Cobb était de 14,8 ± 5,1°. Trente cinq patientes présentaient un angle de Cobb entre 5 et 14° (groupe I) et 30 patientes présentaient un angle entre 15 et 25° (groupe II). Ce groupe des scolioses les plus importantes présentait des oscillations posturales plus amples, caractérisées lors des tests statiques par des oscillations du centre de pression des pieds dans une plus grande surface, à la fois en condition yeux ouverts et yeux fermés. Ce groupe présentait également des oscillations latérales plus importantes, mais uniquement en condition yeux fermés. Dans les conditions de conflits sensoriels, les patients du groupe II ont montré un contrôle postural significativement moins performant, particulièrement dans les conditions de conflits visuels et somesthésiques. De plus, lors des tests dynamiques, les stratégies d'anticipation étaient moins bien utilisées dans le groupe II que le groupe I pour stabiliser leur posture lors des mouvements d'oscillation lente imposés par la plate-forme. Les performances moindres du contrôle postural chez les patientes présentant un angle de Cobb supérieur ou égal à 15°, en particulier dans les conditions de conflits sensoriels, reflètent une difficulté d'intégration centrale des informations

  • Titre traduit

    Postural Instability in Early-Stage Idiopathic Scoliosis in Adolescent Girls


  • Résumé

    Adolescent idiopathic scoliosis (AIS) is related to disorders of postural control with potential involvement of vestibular, proprioceptive and visual inputs. So far no assessment of postural control has been done in an AIS population at the onset of spine deformation. The aim of this study was to evaluate whether the amplitude of spine deformation in AIS is an important factor for postural control at disease onset. This cross-sectional study included 65 female patients with AIS (mean age: 11.4 ± 2.3 years), which were clinically and radiologically (Cobb angle) assessed at the time of diagnosis and evaluated in posturography, including static tests ? with and without sensory conflict ? and dynamic tests. Two groups were formed according to the mean Cobb angle of the primary curve. The mean Cobb angle was 14.8 ± 5.1°; 35 patients were included in group I with a Cobb angle of 5 to 14°, and 30 patients into group II with a Cobb angle of 15 to 25°. The latter group displayed higher body sways in static tests, characterized by a larger area covered by center of foot pressure in both eyes open and eyes closed conditions, and by higher lateral oscillations in only the eyes closed condition. Group II patients displayed poorer balance control, mainly in visual and somatosensory conflict conditions. Group II patients used fewer anticipatory strategies to stabilize body oscillations than Group I patients, especially in the more challenging sensory conflict and dynamic situations. In conclusion, poorer postural performance, especially in sensory conflict situations observed in patients with a Cobb angle greater or equal to 15° reflects less effective central information processing


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.