Genèse des minéralisations uranifères hudsoniennes (1,7 - 1,8 Ga) dans les socles de la Laurentia et de la Baltica

par Jérémy Neto

Thèse de doctorat en Géosciences

Sous la direction de Michel Cuney et de Christian Marignac.

Soutenue le 03-03-2010

à Nancy 1 , dans le cadre de RP2E , en partenariat avec UMR G2R (équipe de recherche) , AREVA (entreprise) et de CREGU (laboratoire) .

Le président du jury était Norman Goulet.

Le jury était composé de Michel Cuney, Christian Marignac, Philippe Boulvais, Normand Goulet, Claude Caillat, Anne-Sylvie André-Mayer, Stephano Salvi.

Les rapporteurs étaient Philippe Boulvais, Normand Goulet.


  • Résumé

    Le Paléoprotérozoïque est une période charnière de la métallogénie de l'uranium marquée par l'oxyatmoversion (le GOE, ca. 2,4 Ga) rendant possible une mobilité sans précédent de l'U en solution. Dans ce contexte, cette thèse porte sur l'étude de deux types de minéralisations provenant du district de Cage (Québec). Une première minéralisation « stratoïde » à U, Ba, V, Mo, Pb, Zn, sans Th localisée dans des séries carbonatées paléoprotérozoïques du Groupe du Lake Harbour métamorphisées pendant l'orogène Torngat (1,87-1,77 Ga). La minéralisation uranifère s'est formée par l'interaction entre un fluide météorique oxydant, qui en percolant le long de la plateforme carbonatée s'est enrichi en U au contact de matériel volcanique, et des minéralisations de type MVT préalablement déposés avec de la matière organique. Une seconde minéralisation à U-Th portée par des « skarn s.l. » est liée à des pegmatites ainsi que des fluides hydromagmatiques ayant une source commune profonde provenant de la granutilisation de l'Archéen sur lequel repose le Groupe de Lake Harbour. Les résultats de cette thèse contribuent à une meilleure connaissance des processus qui ont conduit à l'enrichissement en U de la croute paléoprotérozoïque, en mettant en évidence deux nouvelles possibilités : - Des concentrations liées au fonctionnement de plateforme carbonatées enrichies en sulfates après le GOE, en contexte de rifting, au cours de la dislocation des méga-continents formés à la fin de l'Archéen ; - Des concentrations liées aux métamorphismes UHT qui granutilisent la CCI pendant le processus d'amalgamation du supercontinent Nuna.

  • Titre traduit

    Formation of uraniferous mineralizations during hudsonian time (1,7-1,8 Ga) in Laurentia and Baltica cratons


  • Résumé

    Paleoproterozoic is a key transitory period for Uranium deposits. The appearance of an atmosphere with free oxygen (GOE, ca. 2,4 Ga), event generally know as oxyatmoversion, made it possible U mobility via aqueous solutions. The present thesis deals with two types of uranium mineralizations that are related to this period (Cage district, Québec). The first “stratoïd” deposit is characterized by U, Ba, V, Mo, Pb, Zn, mineralizations without Th. Host-rocks are carbonate paleoproterozoic series, from Lake Harbour Group, that were metamorphosed during the Torgnat orogen (1,87-1,77 Ga). The percolation along the carbonate platforms of an oxidized meteoric fluid lead to Uranium deposits by interaction with U enrichment from volcanic material, and organic rich MVT type mineralization. The second U-Th mineralization is hosted by “skarn s.l.”. It is related to pegmatites and hydro-magmatic fluids with the same deep origin: granutilization of archean terranes on which Lake Harbour Group is situated. The present work permits a better comprehension of U enrichment of paleoproterozoic crust with two new hypotheses: - Ore concentrations related to the carbonate platforms, enriched in sulfate, during rifting and dislocation of mega-continents at the end of Archean times; - Ore concentrations related to UHT metamorphism and granutilization of continental crust during hypercollision and formation of the so-called Nuna continent.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.