Projets, développement territorial et pérennisation des actions : le cas du Niger et de la lutte contre la pauvreté

par Saïdou Abdoulkarimou

Thèse de doctorat en Géographie et Aménagement de l'Espace

Sous la direction de Jean-Paul Cheylan.

Soutenue le 08-12-2010

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Dynamiques spatiales, developpement territorial, gestion agro-environnementale et systemes d'info. (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Philippe Tonneau.

Le jury était composé de Jean-Paul Cheylan, Bernard Charlery de La Masselière, Denis Retaillé.

Les rapporteurs étaient Bernard Charlery de La Masselière, Denis Retaillé.


  • Résumé

    Depuis plus de 40 ans, des Projets ont été conçus et mis en œuvre au Niger pour assurer le développement socio-économique mais force et de constater que les résultats atteints n’ont pas été à la hauteur des espoirs. Quinze années durant, le doctorant a travaillé au sein de Projets et programmes en qualité d'agent de développement. Le doctorant voulait à travers cette thèse comprendre les raisons de la prédominance et des limites de l’approche projet/programme à pérenniser les actions qu’ils initient et à avoir des impacts durables sur la pauvreté. A partir de l’analyse de la littérature et des expériences de projet auquel il a participé, il a exploré le concept de pauvreté en l’appliquant au Niger et a caractérisé la notion de projet et programme. Il a illustré ses propos à travers l’analyse de l’évolution sur quarante ans du village de M’Bida, en terme de pauvreté. La recherche engagée a permis d’aboutir à un certain nombre de résultats. Au Niger, la pauvreté est un phénomène dynamique, complexe, multidimensionnelle avec interactions entre facteurs. Toutefois, c’est la dimension socio-culturelle qui est déterminante dans la lutte contre la pauvreté. Les projets constituent un univers d’acteurs et de pratiques sociales. Les agents des projets et programmes manquent d’outils pour intégrer dans leurs modes d’intervention les stratégies des individus et groupes sociaux, localement dominants d’une part et extrêmement vulnérables d’autre part. Le manque d’évaluation post-projet ne permet pas d’appréhender les impacts durables, et de capitaliser les « bonnes pratiques ». Face à ces différentes contraintes, le doctorant propose la généralisation de l’approche territoriale pour contribuer à lever les blocages des approches projets et programmes.

  • Titre traduit

    Projects, territorial development and perpetuation of Actions : case of Niger and the fight against poverty


  • Résumé

    Since more than forty years, projects have been elaborated and implemented in Niger to insure the socioeconomical development. But unfortunately the expected results have not been satisfactory.For fifteen years, the doctorand has been working with programs and projects as an agent of development. Through this Thesis, he wanted to understand the reasons of the predominance and limits of the program|project approach to perpetuate actions that they initiated so as to have sustainable impacts on poverty. Through an analysis of literature and experiences of the projects in which he participated, he explored the concept of poverty by applying it in Niger and has characterized the concept of program and project. He has justified his words through the analysis of the evolution of the village of M’BIDA within a period of forty years as regards to poverty. The research that has been implemented helped in achieving some results. In Niger, poverty is a multidimensional, complicated and dynamic phenomenon with interactions among factors. However, the socio-cultural dimension is a determining factor in the fight against poverty Projects constitute a world of actors and social practices. Projects and programs agents do not have means to integrate in their methods of intervention strategies of population and social groups that are locally important on one hand and those of extremely vulnerable population on the other hand. The lack of post project evaluation does not help in evaluating the sustainable impacts and to capitalize the good practices. Considering the various contrasts the doctorand suggests the generalization of the territorial approach to contribute in solving difficulties related to the approaches of projects and programs.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.