La poésie comme sublimation du vécu. Pour une étude de l'œuvre de Sandro Penna

par Christelle Balderas-Laignelet (Balderas)

Thèse de doctorat en Italien

Sous la direction de Myriam Carminati.

Soutenue le 30-11-2010

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec L'institut de recherche intersite etudes culturelles (équipe de recherche) .

Le président du jury était Pascal Gabellone.

Le jury était composé de Myriam Carminati, Pascal Gabellone, Yannick Gouchan, Matteo Palumbo.

Les rapporteurs étaient Yannick Gouchan, Matteo Palumbo.


  • Résumé

    L’étude proposée dans cette thèse concerne l’œuvre du poète italien Sandro Penna (1906-1977) et a pour but d’élaborer une lecture critique et chronologique. Penna, dont on peut dire qu’il est une figure isolée des courants poétiques de son époque, présente en effet dans ses poésies et ses récits en prose, pour la majorité extrêmement courts, une vision atemporelle de l’existence et essentiellement centrée sur l’amour des jeunes garçons – thème récurrent et obsessionnel dès ses premières compositions. Il est ainsi difficile de certifier que son œuvre est un « roman autobiographique écrit en vers ». Aussi les recueils Poesie, Confuso sogno, Peccato di gola. (Poesie al fermo posta) et Un po’ di febbre seront-ils analysés afin de retracer l’itinéraire singulier de Penna et de confirmer que l’amour pour les jeunes garçons est l’expression d’un amour plus universel pour la vie ; cette vie « sans dates » dans laquelle nous entendons en écho la voix de certains de ses contemporains, comme Saba, Montale, Ungaretti et Pasolini ou bien encore celle de certains de ses prédécesseurs, tels que Leopardi et Pascoli. Il apparaît que la quête poétique et existentielle de Penna vise finalement à retrouver un dialogue harmonieux avec l’Origine – ce mythe de l’enfance primordiale dont les souvenirs sont immédiatement absorbés par le mal de vivre propre à la Modernité – et à envisager l’existence humaine comme un cycle infini. Dans cette perspective, les œuvres de Platon et de Nietzsche, bien connues de Penna, nous permettent d’approfondir ce questionnement, grâce auquel le poète parvient finalement à sublimer le vécu.

  • Titre traduit

    Poetry as sublimation of Life. Study of Penna’s work


  • Résumé

    This thesis deals with the work of the Italian poet Sandro Penna and intends to be a critical and chronological reading and analysis. Penna stands apart from the poetical movements of his time; therefore most of his poems and prose narration works are very short and present a timeless view of Life mainly focused on love for young men (from 13 to 16 y.o). From his very first writings this topic is recurrent and obsessional. This is the reason why it is difficult to establish his work as “an autobiographical novel in verse”. Consequently the collections Poesie, Confuso sogno, Peccato di gola. (Poesie al fermo posta) and Un po’ di febbre are analysed in order to relate the uncommon Penna’s personal path and to confirm that love for young men expresses a more universal love for Life. In this “out of time” life an echo of voices of his coevals, such as Saba, Montale, Ungaretti and Pasolini and of his predecessors like Leopardi and Pascoli can be heard. Two aims appear in the poetical and existential quest by Penna: - restoring a harmonious dialog with the Beginning (which is considered as the myth of the original childhood from which memories are immediately absorbed by the spleen of Modernity); - seeing human life as an infinite cycle. From this viewpoint, Platon and Nietzsche’s works, which were well known by Penna, allow us to go further into this questioning through which the poet succeeds in sublimating Real Life.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.