Le sens de l'espace muséal : analyse sémiotique des éléments muséographiques

par So-Hyun Ahn

Thèse de doctorat en Philosophie. Muséologie

Sous la direction de Bernard Deloche.

Soutenue en 2010

à Lyon 3 .


  • Résumé

    En tant que média doté d’une capacité de communication aussi manifeste que sa spécificité, le musée cherche à établir son propre langage muséographique. Et l’espace, parmi les divers supports du sens muséal – tels que le texte et l’objet –, joue pour cela un rôle important, avec son mode de signification intuitif. En vertu de la tendance des musées d’aujourd’hui à moins s’appuyer sur le signe préalablement codé que sur le signe fonctionnant in situ en interaction avec le public, une méthode sémiotique indépendante de la logique linguistique s’impose, corrélative à la pratique spatiale et corporelle du visiteur. La sémiotique de Ch. S. Peirce fournit un modèle pour expliquer le sens de l’espace muséal. Son schéma analytique du signe et sa typologie des signes lui servirent de base pour constituer la sémiose, processus interprétatif du signe, qui permet de mettre au jour de multiples transformations de sens au sein de l’espace muséal. Notamment, le type de sémiose qui correspond le plus souvent à la méthode artistique, montre un passage du sens conventionnel au sens intuitif à travers un processus physique, corporel, spatial voire sensori-moteur : dans la terminologie de Peirce, c’est le processus indiciel. L’indice peircien bouscule la pensée figée, si bien qu’il offre une nouvelle réflexion ouverte. Analysés d’après l’angle de la sémiose peircienne, les divers éléments de la muséographie – couleur, accrochage, parcours, éclairage, cadrage, vitrinification, soclage – révèlent, au long de l’histoire de leur développement, dans quelle mesure la mise en espace « indicielle » est féconde et puissante dans la création de nouveaux sens, par comparaison avec les symboles figés ou dogmatisés. Étant donné que le musée est, en tant que tel, une institution saturée de sens symboliques, relatifs à la valeur des objets, au pouvoir institutionnel et même à l’État culturel, l’objectif de la création du langage muséographique devrait être de perturber l’action des symboles dogmatisés et de créer in situ des sens ouverts qui puissent guider le public vers une réflexion libre.

  • Titre traduit

    The sens of museum space : semiotic analysis of museographic elements


  • Résumé

    As media that is supposed to have a communication capacity, as well as its specificity, the museum seeks to establish its own language. For it, the space, among the various carriers of meaning such as text and object, plays an important role with its intuitive logic. Under the recent trend of relying less on the previously coded signs than on those which operate in situ in interaction with the public, what is required is a semiotic method independent of the linguistic logic, which may be connected with the visitor's spatial and physical practice. The semiotics of Charles S. Peirce could provide a model to explain the museum meaning. His analytic scheme of a sign and typology of signs serve as base to form the semiosis, interpretive process of the sign, which can explain transformations of meaning in the museum space. Especially, the type of semiosis which, alike the process of artistic interpretation, indicates a shift from the conventional sense to the intuitive sense: in Peirce's terminology, to 'Index'. The index upsets fossilized thinking, so that it allows a new and open reflection, which will be appropriate to the intuitive logic of the museum space. Analyzed from the angle of Peircean semiosis, the various elements constituting museum space - color, hanging, circuit, lighting, framing, vitrinification, pedestaling - reveal, throughout the history of their development, how "indexical" space is powerful and productive in the creation of new meanings, in comparison with fixed and dogmatic symbols. In regard that the museum is, as such, an institution saturated with symbolic meanings, in relation to the value of authentic objects, the institutional power and even the cultural state, the aim to create a museum language should be to disrupt the action of the dogmatic symbols so as to create an open meaning in situ that could guide the public towards a free thinking.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (288 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 275-288

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.