Jalons pour une théorie de la firme comme entité fondée sur le pouvoir : le gouvernement interne et externe des firmes modernes

par Virgile Chassagnon

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Bernard Baudry.

Soutenue le 13-12-2010

à Lyon 2, dans le cadre de École Doctorale Sciences Economiques et Gestion (SEG), en partenariat avec Laboratoire d'Economie de la Firme et des Institutions (laboratoire) .

Le président du jury était Jacques-Laurent Ravix.

Le jury était composé de Olivier Favereau, Pierre Dockes, Thierry Kirat, Benjamin Coriat.


  • Résumé

    La question de la nature de la firme n’a jamais suscité de consensus parmi les économistes, ce qui signifie que loin d’être épuisé, ce champ de recherche mérite de faire l’objet de nouveaux développements théoriques. Quelles sont les propriétés constitutives et quels sont les mécanismes de gouvernement – interne et externe – des firmes ? Partant d’une analyse critique des théories économiques, cette thèse propose de poser les jalons d’une théorisation de la firme en tant qu’entité réelle émergente fondée sur le pouvoir. Pour ce faire, nous développons une démarche méthodologique originale reposant sur une approche pluridisciplinaire (économie, théorie des organisations et droit) et expliquons que la firme crée des mécanismes génératifs intrinsèques. Pour comprendre les règles constitutives de la firme, nous analysons les relations de pouvoir, lesquelles sont, par nature, plurielles et « cohésives ». Avec l’évolution récente de l’environnement institutionnel, les relations de pouvoir se sont substantiellement modifiées. Que ce soit dans l’entité firme (gouvernement interne) ou dans l’entité firme-réseau (gouvernement externe), nous montrons théoriquement et empiriquement – à partir des enquêtes REPONSE 2004-2005 et ERIE – une relation positive entre le pouvoir et la coopération dans l’activité de production. De nombreuses implications politico-légales et normatives émanent de notre travail de recherche.

  • Titre traduit

    Essay on the theory of the firm as a power-based entity : the internal and external governance of modern firms


  • Résumé

    The question of the nature of the firm has not lead to a consensus among economists, which means that this research field is not obsolete and makes way for new theoretical investigations. What are the constitutive properties and the internal and external governance mechanisms of firms? Starting from a critical analysis of economic theories, this dissertation proposes some building blocks for a new approach to the firm as a power-based emergent real entity. To do so, an original methodological reasoning based on an interdisciplinary framework (economy, organization theory and law) is proposed and it is shown that the firm produces intrinsic generative mechanisms. In order to understand the constitutive rules of the firm, we analyze power relationships, which are in essence plural and cohesive. With the recent evolution of the institutional environment, power relationships have been substantially modified. Whether in the real entity called “firm” (intra-firm level) or in the real entity called “network-firm” (inter-firm level), we show both theoretically and empirically – from the 2004-2005 REPONSE and ERIE surveys – a positive relationship between power and cooperation in productive activity. Several politico-legal and normative implications result from this dissertation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (ix-599 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [523]-578. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.