Exchange rate regimes and crises : insights for developing and emerging market economies

par Irene Andreou

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Pierre Allegret et de Alain Sand.

Soutenue le 09-12-2010

à Lyon 2, dans le cadre de École Doctorale Sciences Economiques et Gestion (SEG), en partenariat avec Groupe d'Analyse et de Theorie Economique (laboratoire) .

Le président du jury était Delphine Lahet.

Le jury était composé de Cécile Couharde, Gilles Dufrénot, Kosta Josifidis.

  • Titre traduit

    Régimes de change et crises : perspectives pour les pays émergents et en voie de développement


  • Résumé

    L’objectif de ce travail est d’analyser les implications du choix de régime de change dans les pays émergents et en développement, ainsi que d’apporter des éclaircissements sur les facteurs jouant un rôle important dans le déclenchement des crises (de change, bancaires, financières…) dans ces pays. Pour cela, l’analyse se tourne, dans un premier temps, vers la question du choix de régime de change optimal. Cette partie du travail s’appuie principalement sur un grand nombre de travaux théoriques et empiriques traitant de cette question, pour mettre en lumière les implications de ce choix, tout en tenant compte des particularités du groupe de pays qui font l’objet de cette étude. Dans une deuxième partie nous nous intéressons aux crises et les facteurs qui jouent un rôle majeur dans leur incidence. Ainsi, après une revue des différents modèles de crises afin d’identifier les variables d’intérêt, nous construisons deux modèles de prédiction des crises, ou « d’alarme précoce ». Enfin, la troisième partie du travail rassemble les enseignements tirés des deux parties précédentes pour traiter d’une question qui prend une ampleur croissante dans ces pays : étant donné la logique d’intégration financière mondiale et les avantages présentés par un régime de changes flottants dans un tel contexte, de quelle manière un pays envisageant un sortie vers ce régime de change peut-il la planifier, et à quel moment doit-il l’entreprendre, pour réussir une sortie sans crise majeure, que nous qualifions de sortie « ordonnée » ? Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur des expériences passées qui nous permettent de construire un modèle identifiant les variables susceptibles d’accroître la probabilité d’une sortie ordonnée. Nous complétons ce modèle par quelques considérations supplémentaires qui constituent des conditions importantes à la réussite d’une sortie ordonnée. L’objectif est d’apporter des recommandations susceptibles de faciliter cette transition.


  • Résumé

    The aim of this work is to analyze the implications of exchange rate regime choice in developing and emerging market economies, as well as highlight the factors that play a major role in the incidence of crises (currency, banking, financial…) in these countries. With this aim in mind, we start our analysis by turning to the question of the choice of the optimal exchange rate regime. This part of our work draws on a large number of both theoretical and empirical works evoking this question in order to determine the implications of this choice, all the while keeping in mind the fact that this particular group of countries present certain characteristics that are usually absent in their industrial counterparts. The second part of our work concentrates more specifically on crises and the factors that play a major role in their occurrence. Therefore, following a brief overview of different crisis models in order to identify the variables of interest, we propose two models for crisis prediction, or “Early Warning Systems”. Finally, the third and final part of our work brings together the conclusions of the earlier parts in order to address an issue that is becoming increasingly important in developing and emerging market economies: given their greater integration in international financial and capital markets, as well as the incontestable advantages of a floating exchange rate regime in such a context, how can a country wishing to exit to a more flexible exchange rate arrangement undertake such a transition, and when, in order to achieve an “orderly” exit, that is, an exit that is not accompanied by a crisis? To answer this question we draw on past experiences to construct a model indentifying the economic variables that might increase the probability of an orderly exit. We complete this model with a number of additional considerations that have recently emerged as important preconditions for an orderly exit, in order to provide some useful policy recommendations facilitating this transition.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (279 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 231-254

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.