Petits arrangements entre soi et grandes manœuvres générales : le travail social en transformation : exploration d’un îlotage institutionnel d’intervention socio-éducative

par Emmanuel Saulnier

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Gilles Herreros.

Soutenue le 19-11-2010

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences économiques et gestion (Lyon) , en partenariat avec Mondes et dynamiques des sociétés (Lyon ; Saint-Étienne) (laboratoire) .

Le président du jury était Bertrand Ravon.

Le jury était composé de Pascal Hintermeyer.

Les rapporteurs étaient Isabelle Astier, Michel Chauvière.


  • Résumé

    Entre les pratiques orientées principalement vers les destinataires de l’action sociale et les logiques gestionnaires qui tendent à rationaliser le ‘’travail social’’, cette thèse explore la diversité des configurations intermédiaires. A partir des accompagnements éducatifs menés par un service dit de ‘’milieu ouvert’’, nous analysons la multiplicité des arrangements entre les professionnels chargés de ces mesures de ‘’protection de l’enfance’’. Sans réduire notre champ d’observation aux seules interactions individuelles, nous étudions plus largement le rapport de cet ‘’îlotage d’intervention socio-éducative’’ avec son environnement institutionnel.Ceci nous amène à interroger le fonctionnement d’autres services ou dispositifs connexes et leurs rattachements organisationnels aux instances de tutelles. En nous appuyant sur diverses recherches produites sur cet objet, nous questionnons également les transformations en œuvre dans le ‘’travail social’’ contemporain. L’ensemble de cette démarche nous permet de considérer conjointement les modifications profondes des cadres d’actions des politiques sociales et leurs retentissements singuliers sur les pratiques professionnelles des travailleurs sociaux. Notre recherche contribue ainsi à situer plus précisément les endroits où se logent ces régulations, comment elles s’ancrent et ce qu’elles induisent. Cette exploration nous ouvre sur la compréhension de la complexité des intrications des dimensions individuelles et collectives en prises avec le traitement de la cohésion sociale.

  • Titre traduit

    Interpersonal agreements and policy upheaval : social work in mutation : exploration of a community policing scheme with a socioeducational purpose


  • Résumé

    In contrast to practices primarily oriented towards recipients of social action and management policies which tend to streamline “social work”, the present thesis investigates the diversity of intermediate configurations. Based on educational support delivered by an “open-environment” service, we assess the wide range of agreements between professionals entrusted with “child care” assignments. Beyond the observation of mere human interaction, we delve into the relationships between such a “socioeducational policing scheme” and its institutional background.This leads us to examine how other services or related schemes operate, and how they interlink with parent organizations. With the help of extensive research published on the subject, we also question the transformations currently at play in “social work”. As a result we survey deeply changing instances of social policy framework and how uniquely they affect social workers’ professional practices. Thereby we highlight where these regulations apply along with their generalization and inferences. This exploratory work paves the way for a better understanding of intricately linked individual and collective dimensions confronted with social cohesion management.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (341 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 330-335. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.