Les politiques de démocratisation de l’enseignement secondaire dans l’entre-deux-guerres : des classes amalgamées aux classes d’orientation, réformes et réactions aux réformes dans le monde politique et éducatif français

par Jean-Yves Seguy

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de André Désiré Robert.

Le président du jury était Jacqueline Gautherin.

Le jury était composé de Charles Magnin, Jean-François Chanet.

Les rapporteurs étaient Jean-François Condette, Pierre Kahn.


  • Résumé

    L’entre-deux-guerres se caractérise par la tentative de mise en œuvre de réformes s’inscrivant dans l’idéal d’instauration de l’école unique et visant la démocratisation de l’enseignement, en particulier de l’enseignement secondaire. Parmi les réactions à ces réformes de l’enseignement, le "démo-élitisme" mis en évidence par A. Robert (2005) constitue une forme subtile de réponse. Elle est d’autant plus efficace qu’elle se positionne au moins en apparence dans le camp des promoteurs de la réforme, puisqu’il s’agit de défendre l’idée de démocratisation de l’enseignement. Cette attitude est d’ailleurs souvent portée par des personnalités dont les options politiques sont proches de celles des réformateurs eux-mêmes.L’attitude démo-élitiste, dans la mesure où elle ne s’oppose pas de manière frontale et radicale aux projets de réforme, réussit à freiner, voire à empêcher la mise en œuvre effective des mesures envisagées. Cette position est facilitée par le fait que le projet des réformateurs peut lui-même être chargé d’ambiguïtés. Cette question des réformes et des réactions aux réformes est étudiée à travers deux moments essentiels : la mise en œuvre des classes amalgamées en 1926, et celle des classes d’orientation en 1937.

  • Titre traduit

    The politics of democratization of secondary education in the interwar period : from "classes amalgamées" to "classes d'orientation", reforms and reactions to reforms in the french political and educational world


  • Résumé

    The inter-war period is characterized by the attempt to implement reforms in the ideal introduction to the "école unique" and to developp the democratization of education, especially secondary education. Among the reactions to these education reforms, the "demo-élitisme" showed by A. Robert (2005) is a subtle form of response. It is most effective because it is positioned at least in appearance in the camp of the proponents of reform, as it is to defend the idea of democratization of education. This attitude is often carried by politics including political options are similar to those of the reformers themselves.The "demo-elitiste" attitude, since it does not oppose a frontal and radical reform projects, able to slow or prevent the effective implementation of the measures. This position is facilitated by the fact that the project of reforming itself may be full of ambiguities.This issue of reforms and reactions to reforms is examined through two key moments : the implementation of the “classes amalgamées” in 1926, and of the “classes d’orientation” in 1937.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.