Dire(s) d’urgence : la psychiatrie d’urgence comme structure de médiation : statut de la parole et de la communication à l’hôpital

par Jérôme Thomas

Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication

Sous la direction de Bernard Lamizet.

Le président du jury était Bernard Delforce.

Le jury était composé de Jean-Marc Elchardus, Anne-Marie Houdebine-Gravaud.


  • Résumé

    Cette thèse vise à montrer que la psychiatrie d’urgence, intervenant dans le cadre de l’hôpital général, constitue une structure de médiation. Bien que les services d’urgence soient le lieu d’expression de la crise et de la catastrophe, ils mettent en œuvre des processus symboliques et imaginaires qui visent à redonner du sens à l’irreprésentable. A partir d’une enquête ethnographique par observations participantes, la thèse analyse les différents aspects de la communication mise en œuvre lors de l’accueil des patients. En s’inspirant de la psychanalyse et de l’anthropologie, cette recherche aboutit à une sémiotique de l’urgence psychiatrique qui articule les dimensions réelle, imaginaire et symbolique du phénomène à partir de la notion de flottance de l’urgence, que nous forgeons en partie.Cette approche interdisciplinaire, ancrée dans le champ des sciences de l’information et de la communication, permet de comprendre combien les services d’urgence psychiatrique constituent des espaces de renouage du contrat social. Cette thèse décrit et analyse les conditions de l’articulation de la clinique au politique, du singulier au collectif. A ce titre, ces services constituent des lieux d’interrogation et d’invention du politique dans la mesure où chaque sujet qui y a recours vient problématiser de façon singulière, inédite et imprévisible, l’articulation du désir et de la norme en exigeant, de la part de l’institution, qu’elle énonce de nouvelles formules de ce nouage.Sur le plan épistémologique, cette recherche est une invitation faite aux études portant sur la communication d’inclure dans leurs réflexions la catégorie du réel qui désigne la limite du symbolique et du représentable. Cette thèse montre qu’il est fructueux de penser les faits de communication à partir de l’impossible à communiquer, de penser la médiation à partir, précisément, des ruptures de la médiation et, finalement, de penser le contrat social à partir de ses limites, de ce qu’il est contraint de refouler pour se maintenir.

  • Titre traduit

    Words of emergency : psychiatric emergency as a structure of mediation : the status of speech and communication in the hospital


  • Résumé

    This thesis aims at showing that psychiatric emergency, when it takes place in general hospital, plays the role of a structure of mediation. Even if the emergency wards are places where crisis and catastrophe are conveyed, they implement symbolic and imaginary processes which aim at giving back meaning to situations which get unthinkable. Starting from an ethnographic investigation through observations, the thesis analyses the different aspects of the communication brought into play when patients are received. This thesis which is based on psychoanalysis and anthropology leads to a semiotic analysis of psychiatric emergency which is centred round the Real, the Symbolic and the Imaginary dimensions of the phenomenon.This interdisciplinary approach, rooted in the fields of information and communication sciences, enables the understanding of how psychiatric emergency wards are places where the social contract can exist again. This thesis describes and analyses the conditions of articulation between the clinical side and the politics. Emergency wards are places where Politics is questioning and invented. Indeed, each subject who turns to the emergency ward questions the compromise between the norm and the desire in a singular, original and unforeseeable way. Furthermore, this subject expects the institution to enounce new formulations of this compromise.On the epistemological level, this thesis invites studies on communication to include in their reflexions the category of the Real which refers to the limits of the Symbolic. This thesis shows that it is relevant to think of communication facts by considering the impossibility to communicate, to think of mediation precisely through the mediation breaking points, to think of the social contract by considering its limits.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.