La mémoire entre neurosciences cognitives et psychanalyse : les destins de la perception

par Claudia Infurchia

Thèse de doctorat en Psychologie. Psychopathologie et psychologie cliniques

Sous la direction de René Roussillon.

Soutenue le 15-10-2010

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Centre de Recherches en Psychopathologie et Psychologie Clinique (laboratoire) .

Le président du jury était Anne Brun.

Le jury était composé de Sylvain Missonnier, François Jourdan, Bruno Falissard.


  • Résumé

    L’étude de la mémoire, du point de vue de son fonctionnement et de ses troubles, entre neurosciences cognitives et psychanalyse, avec comme maillon intermédiaire la psychologie développementale, permet une lecture d’éléments entrant en résonance les uns avec les autres ainsi qu’une matière composite propre à enrichir l’ensemble de ces disciplines. Il ne s’agit pas d’effectuer un amalgame de concepts dont la source est différente, mais de saisir comment des analogies entre ces concepts peuvent créer un nouvel espace pour une compréhension des processus de représentation et de façon corollaire pour une compréhension des processus de la mémoire. Pour entrer dans le champ des troubles de la mémoire, cette étude met en évidence deux fils rouges, la désarticulation du système perception-conscience en tant qu’elle est la signature des phénomènes psychiques dans lesquels prédomine un amorçage perceptif et l’émotion en tant qu’elle est un processus dont l’aboutissement conduit à la création des représentations de choses. Celles-ci marquent l’entrée du moi naissant dans une temporalité primaire, nécessaire à la future mémoire des souvenirs dont le développement est plus tardif au niveau des processus cérébraux. D’un point de vue psychique, la seule maturité cérébrale n’est pas suffisante pour la production des souvenirs, leur entrée dans le champ de la conscience passe par des conditions d’admissibilité de l’affect, encore faut-il qu’une représentation de l’affect ait été produite. Des hypothèses de travail sous-tendent l’élaboration de trois cas cliniques. Elles sont fondées sur la nécessité de la présence empathique de l’objet maternel primaire dans les états précoces de la psyché, afin de soutenir l’œuvre des processus de représentation et conséquemment celle des processus mnésiques. A contrario, son absence lors des situations de détresse éprouvées par l’enfant comporte le risque d’une atteinte portée aux processus de représentation et le risque de la production d’une mémoire demeurant sous l’emprise de stases émotionnelles.

  • Titre traduit

    Memory between cognitive neuroscience and psychoanalysis : the destiny of perception


  • Résumé

    The study of memory, regarding how it works and its disorders, between cognitive neuroscience and psychoanalysis, added to the intermediate link of developmental psychology, enables to read elements which start to resonance one with another and also offers composite material helping to enhance both these disciplins. This doesn’t mean making an amalgam of concepts from different origins, but to grasp how the analogies between these concepts can create a new approach in order to understand the process of representation and consequently to understand the process of memory. To enter the field of memory disorders, this study follows two red lines, the dislocation of the perception-conscience system as being the signature of psychic phenomena dominated by a perceptual priming and emotion as the process ending up in thing representations. These are the signs of the ego being born in primary temporality, a necessity for the future capacity to remember which is a cerebral process appearing later. From the psychological point of view, cerebral maturity is not solely required in order to produce recollections, their entry into the field of consciousness requires the possibility of acceptance of affect, gathering that the representation of affect has been produced. Working hypothesis are entwined with three clinical cases. They are grounded on the need for the empathic presence of the primary maternal object in the initial states of the psyche, in order to underline the work of the process of representation and, consequently, those of the memory process. On the contrary, if it is missing when the child is distressed, there is a risk of interference with the representation process and the risk of producing a memory in the grip of emotional stasis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (731 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 699-721. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.