Penser l’aménagement d’une métropole au 20ème siècle : enjeux territoriaux, acteurs locaux et politiques publiques dans la région lyonnaise

par Marie-Clotilde Meillerand

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Luc Pinol.

Le président du jury était Olivier Faron.

Le jury était composé de Loïc Vadelorge, Marie-Christine Jaillet, Viviane Claude, Renaud Payre.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la progressive prise en charge et gestion de l’urbanisation entre les années 1930 et la fin des années 1960. Sur la base d’une enquête portant principalement sur la région lyonnaise, ce travail a permis d’étudier les interactions existantes entre Etat et autorités locales et les modes d’action qui se dégagent pour prendre en compte et maîtriser la croissance urbaine.En suivant l’évolution des découpages territoriaux sous le poids du développement urbain, il s’agissait d’abord de retracer les étapes de la constitution et de l’institutionnalisation d’un territoire solidaire autour de Lyon. Ensuite, l’étude des premières réflexions sur la prise en charge des politiques urbaines a permis de comprendre les hésitations de l’Etat et les difficultés des responsables locaux des années 1930 au début des années 1960. Plusieurs dynamiques ont été repérées qui signalent une prise en compte parfois précoce des problèmes d’urbanisation par les autorités locales allant dans certains cas jusqu’à un repositionnement des services de l’Etat autour des problématiques urbaines. Si ces moments ne sont pas marqués par des évolutions institutionnelles et décisionnelles emblématiques, c’est sur ces premières réflexions et expériences, que s’appuieront les décisions prises à partir des années 1960. Cette décennie joue un rôle clé dans la mise en place d’une politique publique en matière d’aménagement urbain. En parallèle, nos analyses de terrain sur ces métropoles montrent que le parcours et le travail des hommes en charge de ces aménagements illustrent aussi les bouleversements que connaît le monde professionnel autour de l’urbain. Le cadre et la façon de penser l’aménagement des espaces urbains sont profondément modifiés que ce soit en termes de structures, de carrières, ou de modes de constitution et d’échange des savoirs. Notre travail s’arrête au seuil des années 1970 qui marquent le retrait progressif de l’Etat, et signalent une stabilisation des cadres de décision des politiques urbaines (agences d’urbanisme, renforcement des échelons intercommunaux).

  • Titre traduit

    Planning a city in the 20th century : territorial elements, public policy, and local actors in the Lyons region


  • Résumé

    This thesis examines the progressive handling and management of urbanization between the 1930s and late 1960s. Starting from a study concentrating on the Lyons region, this work managed to study existing interactions between the State and local authorities and subsequent actions to take into account and control urban growth.Following the development of territorial divisions against the challenge of urban development, the first objective was to track the constitution and institutionalisation of a solidary territory around Lyons.Secondly, early studies of the management of urban policies made it possible to understand the reluctance of the State and the difficulties local officials were facing from the 1930s to early 1960s. Several dynamics were identified showing that local authorities sometimes prematurely took into consideration problems of urbanization with State services taking a new position towards urban issues in some cases. Although these moments were not marked by emblematic institutional and decisional changes, these initial thoughts and experiences formed the basis of decisions taken from the 1960s. This decade plays a key role in the development of public policy within the field of urban planning. It is marked by the renewal of discussions on this issue for several years.In parallel, our fieldwork on these cities shows that the careers and the work of the men in charge of these developments also illustrate the turmoil in the professional realm of the city. During the period under examination, the framework and the way of planning urban spaces profoundly changed both in terms of structures, careers, tools, or methods of creation and exchange of knowledge. Our study ends in the early 1970s that marked the gradual withdrawal of the State from these issues, and indicated the stabilization of decision frameworks in urban policy, particularly around the implementation of town planning agencies and the strengthening of intercommuncal hierarchies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.