Développement et disparition de la production céramique halafienne : implications techniques et sociales à partir d’études de cas

par Béatrice Robert

Thèse de doctorat en Langues, histoire et civilisations des mondes anciens

Sous la direction de Olivier Rouault.

Soutenue le 06-03-2010

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Histoire, géographie, aménagement, urbanisme, archéologie, sciences politiques, sociologie, anthropologie (Lyon) , en partenariat avec Archeorient - Environnement et societes de l'Orient ancien (laboratoire) .

Le président du jury était Miquel Molist Montaña.

Le jury était composé de Maria Grazia Masetti-Rouault, Catherine Breniquet, Rémy Chapoulie, Anne Schmitt.


  • Résumé

    Pour les périodes dites préhistoriques, la tendance générale d’assimiler les objets aux personnes et les communautés aux cultures persiste toujours. Ce phénomène est particulièrement observé pour la production céramique halafienne (datée de 6400 à 5400 BC cal.). Or, toute production céramique ne se résume pas à un objet et encore moins à de la vaisselle. C’est avant tout une matière première (l’argile) qui a vécu différentes étapes de transformation. L’objet n’est que l’aboutissement d’un projet pour lequel a été mis en œuvre une chaîne opératoire spécifique, se déroulant dans un temps imparti, le tout répondant à une nécessité. Dans une perspective de recherche pluridisciplinaire associant trois domaines : l'archéologie, l'archéométrie et l'ethnographie/ethnologie, nous nous proposons de reprendre une partie du dossier Halafien. Nous montrerons, à partir d'études de cas portant sur du matériel attribué aux phases de transition Proto-Halaf/Halaf ancien et "Halaf-Ubaid-Transitional", que bien plus qu'un marqueur culturel, la production céramique (qu'il s'agisse de vaisselle, de jetons, de figurines, de disques….) est un marqueur technique et social qui informe sur les activités, les modes de vie des communautés ; en quelques mots, l'état d'une société, mais aussi les transformations auxquelles elle est sujette.

  • Titre traduit

    Expansion and disappearance of the halafian pottery production : technical and social involvements from cases studies


  • Résumé

    Generally speaking, for prehistoric periods, pottery is compared to people, and by extension, to culture concept. Evidence of such a combination was noted for halafian remains (dated from 6400-5400 BC cal.). However, ceramic production can't be reduced to sherds, even less to vessel typology. Above all, it's a raw material (clay) which is affected by various transformations' stages. Final object is just the result of a previous project answering to life necessity. The execution requires a specific "chaîne opératoire", which takes allowed time.Following this point of view, pluridisciplinary research was selected and three fields were used : archaeology, archaeometry and ethnography. With this subject, we propose to take again part of the Halafian discussion. Intend to demonstrate that more than a cultural marker, halafian ceramic production (vessel type, tokens, figurines, disks…) can be considered as a technical fact or a social fact indicator which gives informations about activities, way of life of various communities, but also about the state of the society and its transformations, we decide to study ceramic assemblage coming form characteristic Proto-Halaf/Halaf and Halaf-Ubaid Transitional sites.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.