L'ingénierie territoriale vue des pays : une bureaucratie professionnelle territoriale en gestation

par Dany Lapostolle

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Claude Journès.

Le président du jury était Gilles Pinson.

Le jury était composé de Alain Faure, Bernard Pecqueur.

Les rapporteurs étaient Alain Faure, Bernard Pecqueur.


  • Résumé

    L’étude de l’ingénierie territoriale dans les Pays du Beaujolais et du Roannais en Rhône Alpes, en liaison avec de nombreux autres dispositifs (Contrats d’agglomération, Contrats Territoriaux Emploi Formation, Leader) met en lumière une tendance forte à la recentralisation de la gestion publique territoriale.L’ingénierie territoriale est une bureaucratie professionnelle territoriale coincée entre les injonctions autoritaires de l’État et les velléités d’autonomie du pouvoir local. D’un côté, on observe que l’Europe, les services centraux de l’État diffusent des représentations et les bonnes pratiques aussi strictes que les règles impersonnelles du modèle bureaucratique wébérien. De l’autre côté, les pouvoirs locaux, face aux insuffisances des services déconcentrés de l’État structurent une ingénierie territoriale composite pour se doter de l’expertise nécessaire à leur stratégie de développement. Paradoxalement, c’est dans le cadre des politiques constitutives, que le pouvoir local en se dotant d’un appareil d’expertise, gage d’autonomie, crée les conditions de son propre contrôle et de sa soumission au régime d’agence qui s’impose comme nouveau mode de régulation de l’action publique au détriment de la négociation contractuelle.En d’autres termes, les instruments d’action publique et les savoir mobilisés par l’ingénierie territoriale dans la démarche de projet participent d’une technologie de gouvernement qui ne met pas fin à la rationalité bureaucratique, elle la transforme.

  • Titre traduit

    Territorial engineering seen from two “pays” : a professional territorial bureaucracy in the making


  • Résumé

    The study of territorial engineering in two “Pays” (rural areas) of the Rhône-Alpes Region – the “Beaujolais” and the “Roannais”, linked to a number of other measures (urban area contracts, territory/employment/training contracts, Leader) reveals a strong trend towards re-centralising the public management of territories.Territorial engineering is a professional bureaucracy caught between authoritarian dictates from the State and local authority desires for autonomy. On one hand, Europe and central State services convey representations and good practices as strict as the impersonal rules of Weber’s model of bureaucracy. On the other hand, local authorities, faced with the insufficiencies of decentralised State services construct their own composite territorial engineering to acquire the expertise necessary for their development strategies. Paradoxically, it is in the context of constitutive policies that local authorities, in acquiring a system of expertise – guarantee of autonomy, create the conditions of their own control and their submission to an agency system which asserts itself as the new way of regulating public action to the detriment of contractual negotiation.In other words, the instruments of public action and the expertise mobilized by territorial engineering in project planning participate in a technology of governance which, rather than bringing bureaucratic rationality to an end, transform it.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.