Rupture et continuité dans le discours technique arabe d’Internet

par Andrée Affeich

Thèse de doctorat en Lexicologie et terminologie multilingues

Sous la direction de Hassan Hamzé.

Soutenue le 29-01-2010

à Lyon 2, dans le cadre de Lettres, langues, linguistique, arts, en partenariat avec Centre de Recherche en Terminologie et Traduction (laboratoire) .

Le président du jury était Ibrahim Ben Mrad Ben Ammar.

Le jury était composé de Henri Béjoint, Tanios Njeim.


  • Résumé

    Ce travail de recherche mené sur un corpus qui rassemble onze pays arabes, vise à soulever une problématique liée à la rupture et à la continuité au sein de la terminologie arabe d’Internet, terminologie créée dans le monde anglophone, aux États-Unis précisément. Les termes « rupture » et « continuité » montrent un conflit réel entre deux systèmes linguistiques différents : le système de la langue arabe que nous appelons « système autochtone » et celui de la langue anglaise que nous appelons « système étranger ». L’image qui se dessine est celle de deux systèmes qui se disputent une partie d’un jeu d’échec. À l’ouverture, les cavaliers des deux côtés se mobilisent rapidement. Ceux du « système étranger » essaient d’instaurer d’emblée des éléments que nous appelons « éléments de rupture ». Ces derniers se manifestent à travers le phénomène de l’emprunt linguistique sous ses deux formes : emprunt entier et siglaison. En guise de réponse, le « système autochtone » mobilise tout d’abord ses deux cavaliers : il s’agit bien évidemment de deux moyens morpho-syntaxiques : le sous-système de nomination et le sous-système de communication. Ensuite, et afin de ne pas s’écrouler, « le système autochtone » renforce ses positions à l’aide de deux autres procédés : procédé sémantique qu’est la métaphore, et procédé discursive qu’est la reformulation. Dans notre travail, il ne s’agit pas de dire lequel des deux systèmes a gagné, En effet, sur une période de dix ans, nous avons accompagné l’évolution de la terminologie arabe d’Internet afin de tirer des conclusions et de relever plus exactement une certaine tendance générale et globale à la lumière des changements que cette terminologie a connus, changements qui ne sont certainement pas définitifs.

  • Titre traduit

    Rupture and continuity in the arabic technical discourse of Internet


  • Résumé

    This research carried out on a corpus which gathers eleven Arab countries, aims at raising problems related to the rupture and continuity within the Arabic terminology of Internet, terminology created in the Anglophone world, more precisely in the United States. The terms “rupture” and “continuity” show a real conflict between two different linguistic systems: the Arabic language system which we call “indigenous system” and the English language system which we call “foreign system”. The image which takes shape is that of two systems playing chess. At the beginning of the game, the knights of the two sides are mobilized quickly. Those of the “foreign system” try to impose elements which we call “elements of rupture”. The latter appear through the linguistic loan phenomenon with its two forms: the integral loan and the acronyms. In response to these “elements of rupture”, the “indigenous system” mobilizes first of all its two knights, i.e. its two morpho-syntactic means: the subsystem of nomination and the subsystem of communication. Then, in order not to collapse, the “indigenous system” fortifies its position using two other processes: the semantic process which is the metaphor and the discursive process which is the rewording. In this study, we are not aiming at saying which of the two systems won. Indeed, within a period of ten years, we followed the evolution of the Arabic terminology of Internet in order to draw conclusions, and more exactly to draw a general tendency in light of changes that this terminology has known, changes which are certainly not final.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.