Étude des polymorphismes génétiques des gènes des cytokines dans les lymphomes hodgkiniens

par Hervé Ghesquières

Thèse de doctorat en Biologie moléculaire intégrative et cellulaire

Sous la direction de Gilles Salles.

Le président du jury était Gilles Thomas.

Le jury était composé de Laurence De Leval, Eric Wattel.

Les rapporteurs étaient Marc Maynadié, Fabrice Jardin.


  • Résumé

    Les cytokines sont d’importants médiateurs dans la physiopathologie des lymphomes hodgkiniens (LH). A partir d’une cohorte de 464 patients, nous avons évalué l’impact pronostique de onze SNPs parmi les gènes de cytokines : IL10 (rs1800890, rs1800896, rs1800871, rs1800872), TNFA (rs1800629) ; IL6 (rs1800795) ; IL1B (rs16944) ; ILRN (rs419598) ; INFG (rs2430561) ; IL12 (rs3212227) ; CCL17 (rs223828). Le génotypage du SNP de l’IL12 montre une distribution différente de celle attendue dans la population générale selon le test de Hardy-Weinberg. Ce résultat suggère que les variations génétiques de l’IL12 pourraient être impliquées dans la susceptibilité au LH. Les patients porteurs du génotype IL10-1082AA présentent un taux de rémission complète au traitement initial supérieur aux patients présentant un autre génotype (95% vs. 88% P = .02). Pour les patients de stade avancé III-IV, le taux de survie globale à 6 ans est statistiquement différent entre les génotypes IL10-592AA/CC/AC et IL10-819TT/CC/CT (100%, 94%, 78%, P = .03). Ce résultat est retrouvé pour les patients porteurs de LH n’exprimant pas l’EBV. Pour les LH EBV négatif, le taux de survie sans progression à 6 ans est différent en fonction du génotype du TNFA-308AA/GG/AG (100%, 84%, 68%, P = .03). Il n’a été pas retrouvé de corrélation entre les génotypes et les dosages plasmatiques de l’IL-10, TNFA, IL-1RA, IL-6. Cette étude montre que le ‘‘fond génétique immun’’ est important à prendre en considération pour définir le pronostic des patients. Le rôle des SNPs de l’IL10 et du TNFA dans les LH EBV négatif devra être confirmé ainsi que l’influence des variations génétiques de l’IL12 dans la susceptibilité au LH.

  • Titre traduit

    Study of germline single nucleotide polymorphisms in cytokine genes of patients with Hodgkin Lymphoma


  • Résumé

    Cytokines are important immune mediators implicated in Hodgkin lymphoma (HL) pathogenesis but little is known on the role of immune gene variations. We assessed prospectively the prognostic role of cytokine gene single nucleotide polymorphisms (SNPs) in HL patients (pts) : IL10 (rs1800890, 448 pts; rs1800896, 459 pts ; rs1800871, 446 pts ; rs1800872, 447 pts), TNFA (rs1800629, 464 pts) ; IL6 (rs1800795, 201 pts) ; IL1B (rs16944, 198 pts) ; ILRN (rs419598, 199 pts) ; INFG (rs2430561, 200 pts) ; IL12 (rs3212227, 259 pts) ; CCL17 (rs223828, 198 pts). IL12 genotype distribution appears significantly different from what observed in general population according to Hardy-Weinberg test which was already observed in another published study. IL10-1082AA genotype was associated with better complete response than other IL10 genotypes (95% vs. 88% P = .02). For patients with stage III-IV HL, the 6-year overall survival was statistically different between IL10-592AA/CC/AC and IL10-819TT/CC/CT genotypes (100%, 94%, 78%, P = .03). This prognostic effect was observed in EBV-negative but not in EBV-positive HL. In EBV-negative HL, TNFA-308AA/GG/AG genotypes had a different 6-year progression-free survival (100%, 84%, 68%, P = .03). No correlation was observed between genotypes and IL-10, TNFA, IL-1RA, IL-6 cytokine levels. This exploratory study suggests an effect of IL10 and TNFA SNPs in predicting HL outcome but other studies are needed to decipher the role of the host immunogenetic background, in particular the relation with EBV. Regarding the IL12 genotyping results, whether IL12 polymorphism is implicated in HL susceptibility needs also to be clarify.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?