L'iconographie de sainte Anne en Espagne à la fin du Moyen Age

par alfonso de salas

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Christian Heck.

Soutenue en 2010

à Lille 3 .


  • Résumé

    Cette thèse étudie les particularités de l'iconographie espagnole de sainte Anne à la fin du Moyen Age et plus concrètement pendant la période 1475-1525, afin de déceler ses apports et ses lacunes par rapport à l'iconographie générale sur ce thème à la même époque. Partant d'une recherche documentaire extrêmement riche, des comparaisons sont établies avec la production étrangère, mais aussi avec les images espagnoles produites avant et après la période de référence. Trois conclusions majeures se dégagent, à savoir : (a) régularité de la production espagnole d'images de sainte Anne, en contraste frappant avec ce qui arriva dans les pays septentrionaux ; (b) absence d'innovation (maintien des grands thèmes généalogiques et narratifs qui eurent cours au XVe siècle directement en rapport avec l'enfance de la Vierge : absence de l'Education de la Vierge et d'Anna gravida ; présence de l'Allégorie de la Conception immaculée). On peut constater un attachement très fort de l'Espagne à ses vieilles images généalogiques, narratives et théologiques avec, par exemple, persistance dans le rejet complet du thème du Trinubium, des images des Trois Marie et des Sainte Parenté protéiformes (rejet au profit des vieilles sainte Anne trinitaire et des images naturalistes de Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant, ainsi que de l'iconographie de la "sainte Famille" résultant de l'adjonction de saint Joachim et saint Joseph). Dans l'art espagnol, les cinq personnages furent de plus en plus placés dans un contexte mystique et dévotionnel tourné vers les pressentiments de la Passion. De même, ces images familiales servirent à exprimer, au-delà de la généalogie du Christ, sa sainte Humanité ; (c) persistance de l'esprit "médiéval" dans l'iconographie espagnole de sainte Anne non seulement pendant le règne des Rois Catholiques, mais bien au-delà. Les territoires péninsulaires restèrent fidèles à l'imagerie de toujours, aussi bien dans ses typologies que dans son esprit. Cette iconographie signifie en tout cas l'absence d'une véritable annalatrie espagnole (rareté des Vita et des gravures ; visées non-lucratives de son culte et sa dévotion en espagne ; inexistence d'images en faveur de l'achat de cierges ou indulgences ; rareté d'objets espagnols liés à sainte Anne et destinés à la dévotion privée ; absence du thème de la Charité de Joachim et Anne. Il faut en revanche signaler à quel point les images commandées, en particulier les retables, visaient la renommée du commanditaire et le fait que les images de sainte Anne figurant dans les lieux publics y avaient été placées dans des buts pratiques ; protection contre l'épidémie, secours à l'heure de la mort, etc. Une protection et un secours mis à la portée de tout un chacun, la sainte n'étant pas, en Espagne, l'apanage exclusif de la bourgeoisie, très faible, ni d'aucune autre catégorie sociale

  • Titre traduit

    ˜The œiconography of Saint Anne in Spain at the end of the Middle Ages


  • Résumé

    The main features of the Spanish iconography of Saint Anne at the end of the Middle Ages, in particular during the period 1475-1525, are axamined in this research, in order to identify the Spanish contribution to the general iconography devoted to this topic at that time, but also its lacunae. On the basis of a very important amount of pictures found by the author, comparisons are made with the foreign production, as well as with Spanish pictures produced before and after the period of reference. Three major conclusions appear, namely : (a) the regularity of the Spanish production of images of Saint Anne, in open contrast with what happened in the Northern countries ; (b) the lack of innovation (the major genealogical and narrative items of the XVth century iconography of Saint Anne were kept in Spain, establishing a direct link with the childhood of the Virgin. The theme of Saint Anne teaching the Virgin to read was absent, as well as Anna gravida. On the other hand, the Allegory of the Immaculate Conception was important. Spaniards were attached to the old genealogical, narrative and theological images. They refused, in particular, the Trinubium and images of the Three Mary, as well as the Holy Kinship, and they favoured the old Anna selbdritt, the more naturalistic images of Saint Anne, the Virgin and the Child, and the iconography of the Holy Family including Saint Joachim and Saint Joseph. In Spanish fine arts, the five actors were increasingly placed in a mystic and devotional context they expressed, in their attitudes, a premonition of the Christ's Passion. Furthermore, these images of the family of Jesus went beyond the mere idea of expressing the Christ's genealogy : their purpose was to underline the humanity of the Second person of the Trinity, the Son of God. (c) the persistence of the "medieval spirit" in Spanish iconography of Saint Anne, not only during the reign of Ferdinand and Isabella, but also in the centuries after. Spain remained attached to the traditional imagery. In any event the Spanish iconography revals the absence of any "annalatria" in this country (absence of Vita and of mass production of engravings ; non-lucrative purposes of the Saint Anne's devotion, non-existence of images aimed at promoting the purchase of candles or indulgence, scarcity of Spanish private devotional objects concerning Saint Anne, absence of the theme Charity of Joachim and Anne. On the other hand, two factors have to be underlined, namely the personal or collective aim of winning fame and good reputation when ordering the production of reredos devoted to Saint Anne and the fact that images of this holy, powerful woman were placed in public for practical purposes (protection against epidemy ; help in death, etc. Such protection and help were offered to anyone : in Spain, Anne was perceived as a saint for every social class, not only for the middle class (almost inexistent at that time) or for the elites

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (384,194 p., non paginé)
  • Notes : Publication non autorisée
  • Annexes : Bibliogr. p. 141-194. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2010-54-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2010-54-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2010-54-3
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : W-P 52053-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : W-P 52053-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : W-P 52053
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.