Des TIC comme vecteur matériel et symbolique de rationalisation et modélisation de la vie domestique : le cas de l'"intelligence ambiante"

par Iwan Barth

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Bernard Floris et de Pierre Delcambre.

Soutenue en 2010

à Lille 3 .


  • Résumé

    S'appuyant sur les travaux d'informatique diffuse initiés dès les années 90, l'interconnexion des TIC - également dénommée intelligence ambiante - est présentée, par les entreprises, centres de recherche et institutions publiques sous différentes justifications sociales : évolution logique de l'augmentation du confort et du bien-être, réponse aux problèmes du vieillissement et de la dépendance, ainsi qu'à la menace écologique et à l'économie de l'énergie. Après avoir décrit différents discours et projets d'intelligence ambiante relevés lors d'un contrat avec France Télécom, cette recherche interroge l'imaginaire sociotechnique incarné par ces dispositifs de TIC. Cette interrogation implique de réexaminer la dichotomie entre "technique" et "social". Cela permet d'observer une continuité de l'imaginaire d'une rationalisation illimitée du rapport à la nature et des activités sociales propres au capitalisme. Parallèlement, une analyse de la vie quotidienne permet d'observer comment l'interconnexion des TIC s'étend au-delà du domaine de la production industrielle. Un regard historique sur le processus d'institution d'un espace domestique privatisé entend montrer que le projet d'intelligence ambiante est l'aboutissement d'une progressive rationalisation de l'espace privé. La modélisation des activités domestiques exigée par ce projet en représente le stade le plus avancé. Au-delà de ses justifications sociales, l'intelligence ambiante se présente aussi comme vecteur d'un contrôle accru des entreprises sur la vie privée familiale

  • Titre traduit

    ITC as material ans symbolic vehicle of rationalisation and modelling of everyday life : the case of "ambient intelligence"


  • Résumé

    Based on the ubiquitous computing research started in the beginning of the 90s, the interconnection of the ICT -also known as ambient intelligence - is presented by companies, research centers and public institutions with different social justifications : a logical step of the increase in comfort and well-being, a response to the problems of ageing and dependence as well as to the environmental threat and energy saving. Having described different ambient intelligence projects and points of view collected during a contract with France Télécom, the present research examines social and technical imaginary embodied in these ICT systems. Such questioning involves reconsidering a dichotomic division between "technique" and "society". It enables us to observe a continuity of the imaginary of the infinite rationalization of social activities and of the relationship with nature, which is peculiar to capitalism. At the same time, the analysis of everyday life allows us to observe how the interconnection of the ICT sprawls beyond its original field of industrial production. A historic look at the process of the institution of privatized domestic space tends to demonstrate that the project of ambient intelligence is the outcome of the progressive rationalisation of private space. The modeling of home activities required by this project represents the most advanced stage of this rationalisation. Beyond its social justifications, the ambient intelligence also presents itself as a vehicle of the increased control exercised by the companies over private family life

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (440 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 389-396. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2010-48
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.