Populations déficientes, territoires en mutation : de nouvelles dynamiques spatiales ?

par Mathilde Mus

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Benjamin Steck et de Franck Bodin.

Soutenue en 2010

à Le Havre .


  • Résumé

    L’accessibilité des territoires aux populations atteintes de déficiences est un objectif désormais affiché des politiques publiques les concernant. Centrées pendant longtemps autour du corps, les conceptions du handicap ont évolué de considérations strictement médicales (réadaptation) à une démarche sociale (Etat-providence) puis vers l’émergence du rôle de l’environnement dans la production des situations de handicaps. Les lois mises en place depuis 1975 en France sont porteuses de nouvelles pratiques urbaines axées sur l’accessibilité en particulier dans la conception des espaces et bâtiments publics. Cette pratique innovante est confrontée à une réalité de terrain : un espace urbain normé, historiquement conçu autour d’un corps standard. La multiplicité des acteurs intervenant sur le territoire fragmente l’espace en créant une multitude de ruptures et de discontinuités dans la chaîne d’accessibilité. Face à ce constat, la loi de 2005 impose aux collectivités territoriales le défi obligatoire pour 2015 de la mise en conformité du patrimoine public en réalisant des diagnostics d’accessibilité et les aménagements nécessaires aux besoins et aux usages des populations déficientes. L’apport du géographe dans l’identification des discontinuités spatiales peut-elle être le point de départ d’une dynamique spatiale vecteur de développement économique et de lien social ? L’espace est appréhendé dans une double dimension en explorant le champ des actions et celui des pratiques des différents acteurs territoriaux. Cette lecture permet d’aborder les enjeux sociaux en dévoilant le processus relationnel que les acteurs nouent avec l’espace dans le partage de celui-ci entre les hommes.

  • Titre traduit

    Disability and changing territories : towards a renewed dynamic ?


  • Résumé

    Territorial accessibility for disabled people is officially deemed a primary concern in current public policies. If disability had been perceived as a physical issue, it is now not only considered in its medical repercussions such as rehabilitation, but is also approached as a social matter in the Welfare State. Moreover, the environment emerges today as a cause of disability. Since 1975, French laws introduced a new urban practice of accessibility, which affects particularly the conception of public spaces and public buildings. This innovative practice faces a reality : the normed urban landscape was historically built for the able body. The considerable number of actors intervening on the territory leads to a fragmented space, and to gaps and discontinuities in the chain of accessibility. Taking this reality into account, a recent law enjoins local authorities to bring public equipments to legal standards by 2015 through prerequisite diagnostics and adjustments to match the needs and uses of the disabled population. By pointing out the spatial discontinuities, could geography contribute to the renewal of the spatial dynamic and therefore participate to an economic growth and a social relationship? Space is investigated at once through its use by the different territorial actors and through their actions in this territory. This approach considers the social stakes by unveiling the relation between the actors and a space shared by men.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (480 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 439-468

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du Havre. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 207

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3589
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.