Management des risques pour l'aide à la gestion de la collaboration au sein d'une chaîne logistique : une approche par simulation

par Guillaume Marquès

Thèse de doctorat en Systèmes industriels

Sous la direction de Jacques Lamothe, Caroline Thierry et de Didier Gourc.

Soutenue le 10-12-2010

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    La « collaboration au sein d’une chaîne logistique » s'exprime dans un contexte particulier fait d’aléas, d’échanges d’informations plus ou moins formalisés, pertinents ou efficaces, et de jeux de pouvoirs où chacun cherche à imposer ses contraintes à l’autre. Elle peut ainsi être définie autour de trois notions clés : des protocoles (processus partagés entre partenaires), des comportements (processus individuels à chaque partenaire), des aléas qui rendent incertain le niveau de performance. Afin d’anticiper les conséquences possibles de certaines situations, il importe donc d’être capable de représenter et d’évaluer les conséquences d’éventuelles décisions (protocoles et comportements) ou aléas sur la relation. Outil de prospection, la « simulation des processus de planification d'une chaîne logistique » s’inscrit donc parfaitement dans cette démarche d’évaluation a priori. Les fonctionnalités d’un outil de simulation à événements discrets à base d’agents ont été étendues dans cette thèse afin de représenter et de simuler un certains nombres de protocoles, comportements et aléas rencontrés dans la réalité industrielle. L’expression « aide à la gestion de la collaboration » fait ici référence à l’intégration des résultats de simulation au coeur d’une démarche formalisée de management des risques pour aider à paramétrer les protocoles et comportements mis en oeuvre dans une relation. Des outils et méthodes ont été développés pour modéliser ce processus de décision afin d’informer de manière pertinente le décideur au moment de son choix (arbres de décision, critères de décision). La prise de décision est un processus marqué par la subjectivité du décideur. Les outils et méthodes doivent donc intégrer cette subjectivité sous toutes ses formes : (i) les préférences relatives aux indicateurs de performances sur lesquels se basent les décisions, (ii) la perception sur la possibilité de l’occurrence d’un aléa, et (iii) les préférences des différents partenaires à prendre en compte dans le raisonnement et (iv) la séquence générale de l’ensemble des aléas et choix de protocoles, comportements identifiés. La dernière partie de la thèse est consacrée à la mise en oeuvre de la démarche sur un cas d’application industriel : l’aide à la gestion de la collaboration entre la branche Dermo-Cosmétique du groupe Pierre-Fabre et ses fournisseurs de produits de conditionnement.

  • Titre traduit

    Risk management to support collaboration inside the supply chain : a simulation approach


  • Résumé

    Collaboration in the supply chain belongs to a particular context defined by risky events, information exchanges (more or less efficient) and influence games between partners. Then, we can define collaboration by three key dimensions: internal behaviors (individual decision processes), protocols (shared processes) and risky events (scrap, breakdown, market variability…) that imply uncertain supply chain performance. In order to anticipate the potential consequences of several situations, the consequences of decisions (behaviors and protocols) and/or events on the partnership have to be represented and evaluated. As a prospection tool, the simulation of the actors’ planning processes in the supply chain allows an a priori assessment of the supply chain performance. The functionalities of a discrete event simulation tool based on a multi-agents system have been extended to new behaviors and protocols or uncertain events met in the reality. The expression “collaboration support” makes reference to the integration of the simulation results in a global risk management process in order to configure protocols and behaviors inside the collaboration. Several methods and tools have been developed to model the configuration decision process and give the decision-maker relevant information about his decision situation (decision trees, decision criteria…). This decision process is intrinsically subjective. The tools and methods proposed integrate this subjectivity: (i) choice of performance indicators used to decide, (ii) the attitude of actors to uncertainty, (iii) capacity to take into account the “others” in terms of their own risk perception and performance objectives, and (iv) the global sequence of decisions and events. The last chapter illustrates the method proposed thanks to an application on the collaboration between Pierre-Fabre laboratories and its packaging suppliers.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.