Histoire d'une civilisation et d'une décivilisation dans les sociétés de la Russie (sub)arctique : Nénètses, Khantys et Mantis d'Eurasie septentrionale (XVIIIe-XXIe siècle)

par Dominique Samson

Thèse de doctorat en Langues, littératures et sociétés. Etudes russes et sibériennes

Sous la direction de Anne-Victoire Charrin.

Soutenue en 2010

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Premières communautés sur le chemin vers l'Est, les Nénètses (anc. Samoyèdes), les Khantys (anc. Ostyaks) et les Mansis (anc. Vogouls) d'Eurasie septentrionale ont été assimilés à des créatures fantastiques par les chroniques russes médiévales et les marchands de Novgorod soucieux de profiter seuls du commerce des fourrures. A partir du XVIIIe siècle, au delà des expéditions scientifiques, des relations de voyage et des exilés politiques, ces "tribus" du Nord sont l'une des sources du Romantisme et de l'ethnographie russes; elles sont bientôt jugées moribondes. Argunt d'une mission civilisatrice, l'historiographie russe, impériale comme soviétique, a masqué par de multiples touches successives la rencontre de deux mondes. Pourtant après dix siècles de contact, dont quatre de colonisation, et malgré un rapport de force le plus souvent en leur défaveur, les autochtones de Sibérie ne sont toujours pas "Russes". Comment les autochtones ont-ils déjoué la russification, la soviétisation et l'industrialisation ? La réification des cultures autochtones, avancée par trop de sources encore, ne rend pas compte de l'expérience. Plutôt que d'opposer Russes et autochtones, il apparaît à la fois plus contructif et plus proche de la réalité du terrain d'envisager le travail en termes d'"interaction". Dans une perspective thématique et chronologique, ethno-historique, qui privilégie tant les sources autochtones (littératures orale et écrite) que les archives soviétques consultées depuis la fin du régime, il s'agit de montrer comment Nénètses, Khantys et Mansis ont régulé les heurts de la civilisation pour rester eux-mêmes

  • Titre traduit

    History of a civilization and decivilization in the (sub)arctic societies of russia : Nenets, Khantys and Mantis of northern Eurasia (XVIII-XXI century)


  • Résumé

    The Russian historiographical tradition (in Imperial times as well as the Soviet era), emphasizing its so-called "civilizing mission" towards the Nenets people (formerly known as the Samoyeds), the Khantys (formerly as Ostiaks) and the Mansi (or Voguls) of the northern Eurasia, tended to play down the clash between these two worlds. And yet, after ten centuries of contact (including four centuries of colonization), and despite a balance of power that has rarely been to their advantage, these peoples are still not "Russian". So, how did they manage to avoid being Russianized, Sovietized and industrialized ? The reification of this indigenous cultures (which is still advanced as an explanation by many sources) only accounts for part of the story. Rather than continue to oppose the Russians and the "natives", it would seem to us to be more constructive (and closer to real life, as experience in the field) to envisage the study of these peoples in terms of "interactions". In a thematic and chronological, ethno-historical perspective which relies both on the use of indigenous sources (oral and written literature) and on Soviet archives (consulted since the end of the Soviet era), we aim to show the Nenets, Khanty and Mansi peoples have been able to manage the clash of civilizations in order to retain their own identity

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (479 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 451

Où se trouve cette thèse ?