L'enseignement professionnel dans l'École massifiée : fonctions, structure et usages d'un ordre d'enseignement dominé

par Ugo Palheta

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Alain Chenu.

Soutenue en 2010

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    L'enseignement professionnel, resté longtemps le « parent pauvre » de l'histoire et de la sociologie de l'éducation du fait sans doute de son caractère essentiellement populaire, a depuis peu été l'objet d'une attention indéniable et bénéfique. Malheureusement, de nombreuses questions croupissent encore dans l'oubli ou ont été négligées depuis les travaux fondateurs de Claude Grignon ou Lucie Tanguy, pour des raisons tenant autant à l'objet d'étude qu'à la manière dont on l'appréhende. En tentant de rompre avec un certain nombre de clivages théoriques et méthodologiques lancinants (méthodes statistiques/approche ethnographique, macro/micro, structures/acteurs, légitimisme/populisme) et en traitant aussi bien du lycée professionnel que de l'apprentissage, on voudrait dans ce travail poser les questions suivantes : quels types de divisions de classes et de genre, mais aussi de différenciation des statuts, contribue à produire et reproduire l'enseignement professionnel ? Quelles formes prend le rapport pédagogique dans l'enseignement professionnel, ou autrement dit quelles règles gouvernent les interactions entre enseignants et jeunes dans cet ordre d’enseignement dominé ? Comment ces derniers, élèves de lycée professionnel ou apprentis, se représentent-ils leur orientation vers les filières professionnelles mais aussi leur « entrée dans la vie », et selon quelles modalités tentent-ils de faire coïncider leurs aspirations, enracinées dans des conditions d’existence et des habitus singuliers, et ce principe de réalité qu'est le marché du travail ?

  • Titre traduit

    Vocational track after the school massification : fonctions, structure and uses of a dominated filed of the school system


  • Résumé

    The vocational track has stayed for a long time the forgotten sector of the history and sociology of education, maybe because of its working-class character. Fortunately, it has lately benefited from an undeniable and sustained attention. But various questions are still neglected or have been deserted since the founding works of Claude Grignon or Lucie Tanguy, for reasons linked to the specific characteristics of this sociological object but also to the methods used to study it. By trying to break some nagging distinctions, theoretical or methodological (statistic methods/ethnographic approach, macro/micro, structures/actors, “legitimism”/populism), and by considering vocational high-schools as well as apprenticeship, we would like in this work to tackle the following issues: what types of class divisions and gender divisions, but also of status differentiations, vocational tracks tend to reproduce ? What forms take pedagogical relations in these tracks, or what rules govern interactions between young people and teachers in this sector of the educational system? How these young people perceive their school career but also their professional future, and how do they manage to get their aspirations, rooted in their social conditions of living and specific habitus, to coincide with the reality of labor market?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (552 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 487-508

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.