Les ébénistes de la Couronne sous le règne de Louis XIV

par Calin Demetrescu

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Guy-Michel Leproux.

Le jury était composé de Pascal-François Bertrand.


  • Résumé

    Les ébénistes de la Couronne qui œuvrèrent sous le règne de Louis XIV, entre 1660 et 1715, pour le Garde Meuble et les Bâtiments du Roi, constituaient un groupe particulier d'artisans regroupant des catholiques et des protestants. Certains étaient français, originaires de Paris ou des provinces du Royaume, d'autres étaient étrangers et venaient soit du nord de l'Europe, soit de l'Italie. A l'instar des ébénistes français, les étrangers naturalisés, tels Jean Armand, Pierre Gole, Michel Campe, Alexandre-Jean Oppenordt et Domenico Cucci, jouirent des mêmes privilèges liés au statut d'officiers de la Maison du Roi. Il recevaient des gages et des pensions, des ateliers et des habitations aux Galeries du Louvre ou à la Manufacture des Gobelins, ou encire dans d'autres endroits appartenant à la Couronne, bénéficiant ainsi du statut des lieux privilégiés, qui leur permettait l'exercice de la profession sans subir les contraintes du corporatisme parisien imposé par la jurande des menuisiers ébénistes. Malgré le statut privilégié d'ébéniste du roi, ils établirent des relations de travail et d'endogamie socioprofessionnelle au sein de la communauté des ébénistes parisiens et ils suivirent les mêmes cheminements dans le processus d'apprentissage, etc. , comme il en ressort de l'étude de leurs biographies. Reflet du goût personnel du roi, leurs livraisons ne marquèrent pas exclusivement l'évolution du mobilier d'ébénisterie pour la Couronne, mais également celle du mobilier parisien en général. Ils furent à l'origine de nouvelles inventions telles le bureau à caissons, la commode ou le bureau plat, dont plusieurs on pu être ici identifiées et attribuées

  • Titre traduit

    The cabinetmakers of the Crown under the reign of Louis XIV


  • Résumé

    The cabinetmakers of the Crowon who worked under the reign of Louis XIV, between 1660 and 1715, fort the Garde Meuble and the Bâtiments du Roi, formed a particular group of craftsmen gathering together Catholics and Protestants. Some were Franch, born in Paris or in the provinces of the Kingdom, others were foreigners and came either from Northen Europe or from Italy. Like the French cabinetmakers, the naturalized foreigners, such as Jean Armand, Pierre Gole, Michel Campe, Alexandre-Jean Oppenordt and Domenico Cucci, enjoyed the same privileges relates to the statute of officers of the Maison du Roi. They received wages and pensions, workshops and accommodation in the Galleries of the Louvre or in the Manufacture of the Gobelins, or in other places belonging to the Crown, thus profiting from the statute of "lieux privilégiés" which allowed them to exercise their profession without undergoing the constraints of Parisian corporatism imposed by the "jurande" of the carpenters and cabinetmakers. In spite of the privileged statute of cabinetmaker of the king, they established working relationships and of socio-professional endogamy within the community of the Parisian cabinetmakers and followed the same process of training, etc. , as it appears in the study of their biographies. Reflection of the personal taste of the king, their deliveries did not exclusively mark the evolution of the royal furniture but also the one of Parisian furniture in general. They were at the origin of new inventions such the bureau à caissons, the commode or the bureau plat, of which several could here be identified and attributed

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (719, 416, 443 p.)
  • Notes : Thèse confidentielle jusqu'en 2020
  • Annexes : Bibliogr. p. 655-691. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 383 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.