Jean Marot et l'estampe d'architecture au Grand Siècle : la représentation du palais du Louvre dans le "Grand Marot"

par Kristina Deutsch

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Sabine Frommel, Bruno Klein et de Frédéric Barbier.


  • Résumé

    Jusqu’ici, les estampes du graveur d’architecture français Jean Marot (vers 1619-1679), qui a représenté maints édifices du Grand Siècle, ont principalement suscité l’intérêt des chercheurs en tant que sources pour l’histoire des bâtiments concernés. Nos recherches visent cependant sa méthode, la genèse, la forme, les objectifs et la réception de ses œuvres qui s’inscrivent dans la tradition de la représentation de l’architecture réelle qui se consolide pendant la Renaissance italienne et trouve un sommet dans le Cabinet du Roi de Louis XIV. Une des œuvres principales de Jean Marot est son anthologie dite le « Grand Marot » (petit in-folio, probablement 1686), renouant avec la tradition des recueils des édifices importants du royaume, établie par les Plus excellents bâtiments de France (Paris, 1576/1579) de Jacques Androuet du Cerceau. Comme ce dernier, Marot consacre une suite dans son anthologie au palais du Louvre et au château des Tuileries, liés dans un ensemble monumental suivant le « grand dessein des rois » d’Henri IV, symbole majeur du pouvoir royal. La suite du Louvre se prête à l’étude d’un exemple concret et offre en même temps la possibilité d’approfondir les connaissances concernant la genèse du Grand Marot. Interprétant les dessins d’architectes, Marot ne dispose souvent que d’une documentation fragmentaire qu’il assemble et complète en mettant en valeur ses propres inventions d’ornemaniste et d’architecte. Liée à des objectifs variés d’autopromotion, de panégyrique et de représentation du pouvoir, l’œuvre de Jean Marot témoigne d’un moment crucial de la mainmise croissante de l’état s’organise sur la production artistique

  • Titre traduit

    Jean Marot and the architectural print during the 17th century in France:the representation of the Louvre palace in the « Grand Marot »


  • Résumé

    Until now, the main interest of historians towards the work of the etcher of architecture Jean Marot (about 1619-1679), who represented many buildings of the Grand Siècle (the “great century”, as one calls the 17th century in France), was based on their value as sources for the history of the building in question. Our thesis parts from another point of view and asks about the method, the evolution, the form, the objectives and the reception of these images as part of the tradition of the representation of real architecture which becomes important during the Renaissance in Italy and reaches a climax with the Cabinet du Roi of Louis XIV. One of Jean Marot’s major works is the anthologie called the “Grand Marot” (small folio, probably 1686), which renews with the tradition of collections of prints showing the most important buildings of the kingdom, founded by Jacques Androuet du Cerceau, author of the Plus excellents bâtiments de France (Paris, 1576/1579). As the latter, Marot consecrated a group of prints (etched with some engraved details) to the Louvre and the Tuileries in Paris, two initially separated palaces related according to the « grand dessein des rois », initiated by Henri IV as a major symbol of power of the king. The Louvre-etchings are appropriate for the examination of a concrete example and at the same time offer the possibility to learn more about of the evolution of the “Grand Marot”. Interpreting the drawings of architects, Marot often disposes only of a fragmentary documentation, which he combines and completes, always attempting to present his own inventions concerning architecture and decoration. Related to various objectives of self-promotion, dedication and representation of power, the work of Jean Marot gives evidence of a crucial moment, when the state undertook a growing control and organization of artistic production

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (1311 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Notes bibliogr. Bibliogr. p. 558-645. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 388 (1-4)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.