Strategien des gegenhandelns : symbolische grenzziehungen ausgeschlossener gruppen : am beispiel der jeunes de banlieue

par Eddie Hartmann

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Eric Brian.

Soutenue en 2010

à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université libre de Berlin .

  • Titre traduit

    Les stratégies d'actions « à l'encontre » : démarcations de frontières symboliques par des groupes exclus à l'exemple des jeunes de banlieue


  • Résumé

    L'objet de la thèse est l'analyse des relations conflictuelles entre les jeunes de banlieue et la « société plus vaste» en France. Ce sujet de recherche aborde surtout l'établissement de frontières symboliques entre les groupes en conflit. La réflexion qui motive ce travail est la suivante: il s'agit de donner à comprendre que la frontière symbolique entre les acteurs et leur environnement social est un facteur important de la dynamique de conflit qui reste à expliquer dans les relations sociales étudiées. Et ce travail doit être mené à la condition préalable que ces frontières soient considérées comme objet de l'explication, et non comme source du conflit. En d'autres termes, les relations riches en conflit entre jeunes de banlieue et la «société plus vaste» ne devraient pas dans la mesure du possible être imputées à «l'identité» qu'elle soit culturelle, ethnique ou religieuse ou autres. En revanche, cela vaut la peine de clarifier comment et dans quelles conditions du point de vue des personnes interrogées la frontière séparant «Nous » et «Eux » émerge et se renforce. Il est aussi important de rechercher quelles influences une telle construction de frontières a sur leurs actes. Dans ce sens, il s'agit dans ce travail d'orienter notre analyse sur les acteurs qui se trouvent du coté de ceux dont le pouvoir est faible dans l'équation du conflit. Chaque acteur contribue par son action néanmoins déterminante à la dynamique conflictuelle des relations que nous examinons. Cette action est ici conçue comme un agir à l'encontre, comme des tentatives de résistance face au refus de la «société plus vaste» d'accorder une reconnaissance sociale aux acteurs étudiés

  • Titre traduit

    Strategies of Counter-Action : symbolic boundary making by excluded groups : a case study of the jeunes de banlieue


  • Résumé

    The subject of the thesis is the analysis of the social conflict between marginalized suburban youth, the so-called jeunes de banlieue, and "Iarger society" in France. The research deals primarily with the establishment of symbolic boundaries between the groups in conflict. The driving force of the argument was the following observation: that this symbolic boundary between actors and their social environment is an important factor of the conflict dynamic which remains to be explained in the study of these social relations. The task of developing this argument must be carried out with the prerequisite understanding that these boundaries be considered as the abject of the explanation, and not the source of the conflict. In other words, conflict-rich relations between suburban youth and "Iarger society' should not, to the extent possible, be attributed to 'identity', whether cultural, ethnic, religious, or otherwise. It is worth clarifying, from the point of view of the persons interviewed, how and under what circumstances the boundary separating "us' from "them" emerges and is reinforced. Equally important is an examination of the ways in which the processes of boundary making exert an influence on those persons actions. As such, the analysis focuses on those actors who find themselves on the weaker side of the conflict's balance of power. These actors contribute nevertheless with their own determinant actions to the conflict dynamic under investigation. Within the scope of this work, such action is considered as counter-action, deemed attempts to resist in the face of "Iarger society's" (refusal to accord social recognition unto them

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (335 p.- 18 p. de pl.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [305]-328. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2010-103
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.