La transmission culturelle : questions philosophiques et méthodes quantitatives dans l'étude des traditions

par Olivier Morin

Thèse de doctorat en Philosophie et sciences sociales

Sous la direction de Dan Sperber.

Soutenue en 2010

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Pourquoi existe-t-il des traditions — des pratiques et des idées qui se diffusent loin dans le temps ou dans l'espace en se transmettant d'un individu à d'autres ? Les approches cognitives de la culture cherchent d'abord la réponse dans les mécanismes qui assurent sa transmission - enseignement, imitation, mémorisation. Ce travail explore une autre possibilité : la diffusion d'une tradition ne dépend pas de la fidélité de sa transmission ou de sa rétention, mais avant tout de la quantité d'épisodes de transmission qu'elle suscite. Pour arriver a cette conclusion, la thèse combine des questions venues de la philosophie des sciences sociales avec des éléments de réponse empruntés à diverses méthodes quantitatives : la méthode expérimentale en psychologie, la modélisation mathématique, et l'histoire culturelle quantitative. Selon elle, le principal mécanisme de transmission utilisé dans notre espèce n'est pas l'enseignement ni l'imitation, mais la communication. Celle-ci repose sur la faculté, sans doute proprement humaine, qui nous permet de comprendre et de manifester des intentions récursives. Elle n'est pas particulierement fidèle. Comment une tradition peut-elle être Iargement diffusée sans étre fidèlement transmise ? Une théorie est présentée, qui explique dans quelles conditions une grande quantité d'épisodes de transmission peut pallier la faible qualité des mécanismes de transmission mis en oeuvre. Nous l'avons utilisée, par exemple, pour concevoir un modèle quantitatif permettant d'expliquer la conservation des traditions qui se transmettent à l'intérieur des groupes d'enfants.

  • Titre traduit

    Cultural transmission : philosophical questions and quantitative methods in the study of traditions


  • Résumé

    Why are there traditions - ideas and practices whose diffusion reaches far and wide in time or space, by way of transmission from one individual to others ? Cognitive approaches of culture have focused above all on the mechanisms that ensure accurate transmission - like teaching, imitation or memorisation. This work explores another possibility : a tradition's diffusion does not depend on the faithfulness with which it is transmitted or retained. Its chief cause is the quantity of transmission episodes that a given tradition is able to provoke. In order to reach this conclusion, the dissertation combines questions coming from the philosophy of social sciences with a range of quantitative methods : the experimental method as used by psychologists, mathematical modelling, and quantitative cultural history. One of its conclusions is that the main mechanism of cultural transmission used in our species is not imitation, nor teaching, but communication. Communication rests on our (possibly unique) ability to understand recursive intentions and make them manifest. It is not particularly faithful. How can a tradition be widely diffused when its transmission lacks fidelity? A theory is presented, that specities in which conditions a great quantity of transmission episodes may compensate the poor quality of the transmission mechanisms used at each step. We have used it, for example, to propose a quantitative model that explains the conservation of traditions in children's peer cultures.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par O. Jacob à Paris

Comment les traditions naissent et meurent : la transmission culturelle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (390 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.339-379. Index

Où se trouve cette thèse ?