The impact of an M&A on a target firm : a socially responsible organizational identity perspective

par Julie Bayle Cordier

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Bertrand Moingeon.

Soutenue en 2010

à Jouy-en Josas, HEC .

  • Titre traduit

    L'impact d'une fusion-acquisiton sur une entreprise cible : étude de l'évolution d'une identité organisationnelle socialement responsable


  • Résumé

    De plus en plus d‟entreprises de taille moyenne à Identité Organisationnelle Socialement Responsable (IOSR) ont été récemment acquises par des multinationales. Ce phénomène est notamment illustré par les achats de Body Shop par L'Oréal, de Stonyfield Farm par le Groupe Danone et de Ben & Jerry's par Unilever. Cette thèse part du postulat que l‟IOSR est une ressource précieuse, rare et tacite (Barney, 1986; 1991) que les multinationales souhaitent capter par le biais de fusions-acquisitions. Si l'impact d'une fusion-acquisition sur les pratiques des parties prenantes des entreprises cibles et acquéreuses a été étudié d‟un point de vue quantitatif (Waddock & Graves, 2006), il n'existe en revanche aucune étude sur le phénomène du point de vue de l'identité organisationnelle, et plus particulièrement du point de vue de l‟IOSR. La partie empirique de la thèse prend appui sur l'étude du cas de l'acquisition de la firme Ben & Jerry‟s Ice Cream, pionnier en matière de RSE par la multinationale Unilever. L‟ambition est de comprendre l‟impact de cette acquisition sur l‟IOSR de Ben & Jerry's, et plus particulièrement, les facteurs qui peuvent contribuent à la résilience de l‟IOSR d‟une entreprise. En partant de la littérature sur la responsabilité sociale de l‟entreprise et l‟identité organisationnelle, il est proposé un nouveau modèle de l‟IOSR qui articule trois éléments : le discours managérial, les manifestations et actions visibles de l‟entreprise en matière de responsabilité sociale et, enfin, les perceptions des membres de l'organisation de la responsabilité sociale de leur entreprise. La première partie s‟appuie sur une approche plus «objective» en procédant à une analyse longitudinale de l'évolution du discours managérial («identité projetée») et des artefacts organisationnels («identité manifestée"). Les résultats de cette partie montrent que le départ des fondateurs des fonctions dirigeantes de l‟entreprise et l‟arrivée de managers professionnels ont eu plus d'impact sur les Identités Projetée et Manifestée de l‟entreprise que l'acquisition elle-même. La deuxième partie de l‟étude adopte une perspective plus subjective et interprétative pour appréhender les perceptions des salariés de leur organisation. Les résultats de cette partie révèlent qu'il existe de multiples perspectives sur ce qui constitue la nature et le contenu d'une IOSR, remettant ainsi en question la notion d'une identité monolithique de l'organisation.


  • Résumé

    Relatively small, entrepreneurial sized firms with a “Socially Responsible Organizational Identity” are being acquired by multinationals at a growing pace. Recent deals include the purchase of the Body Shop by L‟Oreal, Stonyfield Farm by Groupe Danone, and Ben & Jerry‟s by Unilever. I postulate that a Socially Responsible Organizational Identity is a valuable, rare and tacit resource (Barney, 1986; 1991) which multinationals want to capture through M&A. While the impact of an M&A on stakeholder practices of both target and acquiring firms has been researched from a quantitative perspective (Waddock & Graves, 2006), there are no studies on the phenomenon from an organizational identity perspective, and more particularly from a Socially Responsible Organizational Identity Perspective. This dissertation undertakes the case study of the acquisition of CSR pioneer Ben & Jerry‟s Ice Cream by Unilever to understand how the acquisition may have impacted the Socially Responsible Organizational Identity (SROI) of Ben & Jerry‟s and more particularly, which factors contribute to the resilience of a firm‟s SROI. Drawing from the CSR and organizational identity literatures, I propose a new Socially Responsible Organizational Identity (SROI) model which articulates three elements: top managerial discourse, visible manifestations of a firm‟s social responsibility actions and finally, organizational members‟ perceptions of their firm‟s social responsibility. The first part of this dissertation takes a more „objective‟ approach using a longitudinal content analysis of the evolution of managerial discourse (“projected identity”) and organizational artefacts (“manifested identity”). Findings from this section reveal that the shift away from a founders‟ led firm to a professionally led business has had more impact on the company‟s Projected and Manifested Identity then the acquisition itself. The second part of this study takes a more subjective and interpretative lens to assess members‟ perceptions of their organization. The findings from this last section reveal that there are multiple perspectives on what constitutes the nature and content of a Socially Responsible Organizational Identity, thus bringing into question the notion of a monolithic organizational identity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (300 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.251-261

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 4-2232-2 BAY
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.