L’industrialisation du bâtiment : le cas de la préfabrication dans la construction scolaire en France (1951-1973)

par Aleyda Resendiz-Vazquez

Thèse de doctorat en Histoire des techniques

Sous la direction de André Guillerme et de Sabine Barles.

Soutenue le 13-07-2010

à Paris, CNAM , dans le cadre de Ecole doctorale Arts et Métiers (Paris) , en partenariat avec Centre d'histoire des techniques et de l'environnement (Paris) (équipe de recherche) .


  • Résumé

    La thèse porte sur le rapport entre industrialisation du bâtiment et préfabrication dans la construction scolaire en France. Cette relation suggère de comprendre les interactions de la pensée technique et de la politique publique avec l’organisation des processus de production. La période d’étude s’étend de 1951, premier témoin d’une politique industrialiste des plans d'équipement scolaire, à 1973 année de remise en cause de ce type de construction. Durant cette période l’industrialisation du bâtiment est considérée comme la seule solution pour répondre à une construction massive, moins chère et plus rapide. Dès lors, la trajectoire technologique de la préfabrication se subdivise en deux périodes, dévoilantla séparation de la conception technique (centralisée par la DESUS) de la réalisation(représentée par les procédés constructifs). Dans la première période (1951-1962), les architectes sont les auteurs des projets, dans la deuxième (1964-1973) ce sont les procédés les manifestations visibles. Ce parcours met donc en exergue deux logiques opposées :série et volume d’une part, diversité et flexibilité, d’autre part. Le croisement de sources diverses (revues, archives, documentation technique…) révèlent le rapport des différentes acteurs : architectes (de conception et d’opération), concepteurs-éducateurs, industriels entrepreneurs,maîtres d’ouvrage ministériels et ordonnateurs secondaires (contrôle technique). Cette recherche contribue ainsi à l’histoire de la préfabrication et de ses développements. Le bâtiment scolaire représente un excellent échantillon de cette période de maturité de l’industrialisation du bâtiment, postérieure à la Seconde Guerre mondiale lorsque la préfabrication faisait ses preuves.


  • Résumé

    This thesis examines the relationship between the industrialization of building methods andthe prefabrication of school buildings in France. This relationship relies on the interactionbetween technical reason and public policies with the organization of production processes.The boundary of this study begins in 1951, witnessed by a political drive to industrializeeducational establishments, until 1973 when this type of construction was put into question.During this period the industrialization of building methods was considered as the uniquesolution to the needs for mass production, cheaper and quicker. Subsequently, thetechnology of prefabrication occurred in two distinct periods, giving rise to the separationbetween conceptual design (centralized by the DESUS) and realization (represented byconstruction methods). In the first period (1951-1962), the architects are the authors of theprojects and in the second period (1964-1973) the construction methods are clearly visible.These events accentuate two logical opponents: mass production and series on one side,diversity and flexibility on the other. The encounter of such diverse sources (reviews,archives, technical documents) reveals the relationship between each domain: architects(design and operations), educational planners, industrial entrepreneurs, ministerial offices forconstruction and survey teams (technical controls). This research contributes to history ofprefabrication and its developments. The school building represents an excellent example ofthe evolution of construction methods when prefabrication was making its mark in the wakeof the Second World War.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.