La culture persane et ses résonances dans la culture juridique française

par Thomas Flichy de La Neuville (Flichy)

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Gérard Daniel Guyon.

Soutenue en 2010

à Bordeaux 4 .


  • Résumé

    La confrontation de la culture iranienne de la négociation à la tradition juridique française permet de jeter un nouveau regard sur les fractures que constituent la conquête islamique de la Perse et la révolution française. En Iran, les invasions ont en effet forgé une culture allant à rebours de la tradition juridique française. Alors que les modes de négociation aristocratiques perdurent dans la France médiévale, les élites persanes, discréditées par la conquête arabe, mettent au point des procédés sophistiqués afin d’assurer leur propre survie : l’inertie s’impose comme la force des dominés. Dans la vie quotidienne, un droit spontané arbitré par les courtiers se développe. Les élites vaincues et hantées par les complots mettent à l’honneur les discours ambigus au détriment de la clarté juridique afin de conserver une parcelle de pouvoir. L’analyse institutionnelle révèle simultanément des résonances frappantes entre la Perse et la culture de la France classique. Celles-ci on trait au poids du clergé dans les institutions, au regard sur l’histoire mais également à l’art de la conversation qui rassemble Français et Persans. A la métaphore persane répond le travestissement baroque. A l’étiquette de cour fait écho la politesse des marchands iraniens. L’âge classique est à l’évidence celui de la proximité, la révolution française constituant une rupture institutionnelle et culturelle à la racine d’un éloignement progressif et finalement d’une incompréhension. Le souvenir des invasions comme l’attente du parfait courtisan constituent, par conséquent deux clefs permettant de renouer les fils d’un dialogue culturel interrompu et d’une respiration juridique suspendue.

  • Titre traduit

    ˜The œpersian negotiation culture and its echoes in french legal traditions


  • Résumé

    Confronting the Iranian negotiation culture to French legal traditions casts a new light on two key events i. E. The Islamic conquest of Iran and the French Revolution. In Iran, a thousand years of invasions have given birth to a culture running counter to French legal traditions. Whereas an aristocratic negotiation style survives in medieval France, the Persian elites, brought into disrepute by Arabic conquerors, invent sophisticated conflict-resolution means in order to ensure their own survival. Inertia is thus used as a means to resist foreign domination. A spontaneous law system spawns, set up by brokers. The vanquished élites, haunted by foreign conspiracies, use ambiguous and indirect speeches in order to retain power. Simultaneously, Iranian legal sources reveal striking similarities between Safavid Persia and early modern French culture. The weight of the clergy within the State, the importance of history or the art of conversation are shared by both French and Persians. Parallels can be drawn between the Persian metaphorical speeches and the baroque taste for illusion or the politeness of the Iranian merchants with the French court etiquette. The early modern period proved a time of cultural proximity which, however ended with the French revolution. Its cultural and legal consequences can be considered as the starting point of a growing gap between France and Persia. Remembering invasions and searching for the perfect ambassador thus constitute two major features, whose neglect has led to wide cultural and legal misunderstandings between Persia and France.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (474 p.)
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : Bibliogr. p. 424-462.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : BTT 494009-1861
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.