Recherches sur le culte d'Apollon en Asie mineure

par Mario Pinna

Thèse de doctorat en Histoire, langues, littérature anciennes

Sous la direction de Jacques Des Courtils et de Giampiero Pianu.

Soutenue en 2010

à Bordeaux 3 en cotutelle avec l'Università degli studi di Sassari .


  • Résumé

    La présente enquête a permis de réaliser le premier catalogue des cultes apolliniens de l’Asie Mineure Nord-occidentale. L’étude des attestations concernant Apollon en Mysie, Eolide et Troade a montré l’importance de cette divinité et la persistance de son culte à partir du VIIIe siècle avant J-C et jusqu’au IIIe siècle de notre ère. La plupart de villes adoraient Apollon mais le nombre de temples et sanctuaires reste restreint par rapport aux attestations fournies par les sources anciennes. La répartition géographique des lieux de culte consacrés à Apollon est par contre plutôt homogène et se concentre surtout vers les zone côtières : en Mysie on remarque le culte d’Apollon Aktaios ; en Troade le fameux sanctuaire d’Apollon Smintheus et en Eolide l’ancien culte d’Apollon Gryneios. Le travail de recherche a permis d’identifier des cultes peu connus et de mettre en évidence des liens entre Apollon et d’autres divinités. Un culte peu connu, célébré en Troade, celui de l’Apollon Kechenos, à été à nouveau mis en relation avec Apollon : il trouve son explication dans une amulette en forme de locuste qui était offerte comme ex-voto à l’époque de Pisistrate. L’étude numismatique a permis d’établir des liens intéressants entre Apollon, Hécate, Déméter et Pégase. Ces divinités liées au culte des morts représentent le côté obscur de notre divinité : le dieu du soleil a été vu en tant que psychopompe accompagnant les hommes pendant la vie pour les confier ensuite à d’autres dieux. La présence d’une divinité féminine sur les monnaies de Pergame a permis enfin d’identifier un lien entre Apollon et Hygie : ce rapprochement au caractère étiologique voulu par les Attalides confirme le rôle de notre divinité en tant que guérisseur et le met en relation avec Athènes et le patrimoine culturel du monde grec d’Anatolie.

  • Titre traduit

    Researches on the cult of Apollo in Asia Minor


  • Résumé

    My research is the first catalogue of the Apollonian cults in North-Western Asia Minor. The study of the documents concerning Apollo in Mysia, Aiolis and Troas has shown the importance of this deity and the persistence of his cult since the eighth century BC until the third century AD. Most of the cities adored Apollo, but there are few temples or sanctuaries given the evidence left by ancient authorities. The geographical distribution of the places devoted to the cult of Apollo is rather homogeneous and is concentrated on the coasts. In Mysia, we notice the cult of Apollo Aktaios: in Troas there is the famous sanctuary of Apollo Smintheus while in Aiolis the ancient cult of Apollo Gryneios is attested. My research has also identified less known cults and the links between Apollo and other deities. The cult of Apollo Kechenos , a less well-known cult celebrated in Troas, has once again been connected to Apollo. It is proven by a locust-shaped amulet which was given as an ex-voto in the era of Pisistratus. A numismatic study has allowed me to establish genuine links between Apollo, Hecate, Demeter and Pegasus. These deities linked to the cult of death represent the dark side of our divinity: the sun god has been seen as a psychopompus accompanying people during their lives and putting them into other deities' care after. The presence of a feminine deity on the coins of Pergamon has permitted me to identify a link between Apollo and Hygieia. This etiological connection wanted by the Attalid dynasty assesses Apollo's role as a healer and links him to Athens and the cultural inheritance of the Greek world of Anatolia.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (551 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f.523-551

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.