Ecriture féminine issue de l'immigration : violence et troubles identitaires dans l'oeuvre de Nina Bouraoui

par Lila Kermas

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparées

Sous la direction de Gérard Peylet.

Soutenue en 2010

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Literature stemming from maghrebine immigration in France is framed in the stream of emerging literature. It begun in the eighties, and produced by authors known under the name of ‘second generation writers’ as mainly opposed to ‘the first generation writers’ that were writers of the after –war period. This work deals mainly with an emerging literature, and feminine writing stemming from maghrebine immigration in France in particular. This research proposes a reflexion on feminine writing , the works of Nina Bouraoui to be specific. This is meant to question her work or writings that are within the springtide or the framework of revival in order to release the specificities belonging to this author. The aim of this research was to show and clear the particularities of that kind of writing in terms of themes and text constructions by dealing with the problematic of violence and identity. The first difficulty met while dealing with this kind of writing was its classification. To which kind of “literature” Nina Bouraoui could or must be associated ? Knowing that critics have diverging visions on a same work. Then, we try to find out in which way the feminine writing stemming from immigration was different from that of the first generation writers. What is the part dedicated to the quest of the self? What is the link with the theme of violence?

  • Titre traduit

    Feminin writing stemming from immigration : violence and identity troubles in Nina Bouraoui's work


  • Résumé

    La littérature issue de l’immigration maghrébine en France s’inscrit dans le sillage des littératures émergentes. Elle est née dans les années quatre vingt. Elle est produite par des auteurs que l’on nomme généralement écrivains de la deuxième génération par opposition aux auteurs de la première génération, qui sont des écrivains d’après guerre. Ce travail de recherche porte sur cette littérature émergente, particulièrement sur l’écriture féminine issue de l’immigration maghrébine en France. Cette étude propose une réflexion sur l’e��criture féminine, en l’occurrence, les œuvres de Nina Bouraoui. Il s’agit d’interroger ces œuvres, qui s’inscrivent dans le renouveau, pour dégager les spécificités propres à cet auteur. L’objet de cette recherche étant de d’analyser les particularités de cette écriture tant au niveau thématique que textuel en abordant la problématique de la violence et de l’identité. La première difficulté, quant à l’approche de cette écriture, réside dans le classement. A quelle « littérature » peut-on ou doit-on associer Nina Bouraoui sachant que les critiques ont un regard divergent sur une même œuvre ? Puis, il s’agissait de voir en quoi l’écriture féminine issue de l’immigration est-elle différente des écrivains de la première génération. Quelle est la part de la quête de soi ? Quel rapport à la thématique de la violence ? Cette étude ne prétend pas trouver le statut de l’œuvre étudiée, - car cette démarche risque de nous éloigner du sujet et nous propulser dans une interrogation qui occupe la critique littéraire à savoir la question de l’Auteur, de son œuvre et de la littérature en générale-, mais de dégager en quoi consiste la difficulté à classer les productions faisant partie de la littérature émergente. La question de l’inter-culturel s’impose : Comment classer, en effet, un auteur qui fait partie d’une littérature émergente dont l’imaginaire oscille entre des cultures différentes ? Comment l’appartenance à une double culture peut-elle influencer la réception de l’œuvre. En quoi les thématiques abordées influent-elles ou rompent-elles avec la tradition de l’écriture maghrébine d’expression française, en particulier l’écriture féminine ? Quelle est la part de la violence tant au niveau de l’écrit qu’au niveau des thèmes ? Le choix du corpus est motivé par plusieurs aspects. La première raison est liée à la problématique. Celle de l’identité et de la violence. Bien qu’il existe de nombreuses études sur ce sujet. S’agissant d’une littérature émergente, il était intéressant de considérer ces deux notions du point de vue de l’écriture féminine issue de l’immigration. Quelles spécificités invoque-t-elle ? De part la récurrence de la thématique de la violence et de l’identité dans son écriture, N. Bouraoui est parmi les femmes qui produisent d’une manière régulière. L’ensemble de ses œuvres fournit un corpus riche et varié qui donne matière à analyse. Pour mener cette réflexion, la première étape de cette recherche porte donc sur le contexte d’émergence et les enjeux de la littérature féminine issue de l’immigration. Nous avons abordé le flou terminologique dont témoignent plusieurs ouvrages, quant à la désignation de cette écriture. Il ne s’agissait pas de déterminer la validité de telle ou telle notion qui pourrait définir cette écriture, mais au contraire de tenter de répondre à la difficulté de désignation. Pour palier à ce flou terminologique, nous avons abordé les différentes acceptions appliquées à cette écriture féminine émergente entre autre littérature beur, littérature mineur, littérature poste coloniale. Il s’agit de rendre compte de la difficulté à nommer cette littérature et de relever les enjeux qui se profilent à travers l’analyse du corpus. Il a été donc nécessaire de considérer cette notion écriture/littérature féminine issue de l’immigration maghrébine avant d’analyser le corpus. Il convient de signaler que la première partie, qui porte sur le contexte d’émergence, aide à comprendre les enjeux que pose cette écriture/littérature féminine, en l’occurrence les enjeux entre identité et violence. La deuxième étape consiste en l’analyse du corpus. Il s’agit de voir quelles sont les origines de la violence et quel est le rapport avec l’identité du sujet. En effet, L’appartenance à une double culture structure le parcours de l’immigré(e) et détermine toute la complexité à réunir les deux identités cultures. Ainsi, le sujet est au centre d’une représentation plurielle. Il se trouve aux frontières d’un double imaginaire et d’une double langue. À ce niveau de l’analyse, nous avons identifié les sources des troubles identitaires et la violence qui en découle, notamment pour la femme issue du milieu traditionnel. Outre la violence liée à la crise d’identité culturelle, où le sujet hybride évolue dans un entre-deux insaisissable, se pose la violence liée à la crise d’identification sexuelle. L’’écriture de N. Bouraoui soulève la question de l’appartenance sexuelle, en ce sens qu’elle se trouve, elle aussi, aux frontières du tabou (hérité de la société traditionnelle), et de la liberté que suggère le pays de naissance. . . L’écriture féminine issue de l’immigration offre la possibilité de lire les œuvres dans leur aspect pluriel à tout point de vue. L’entre-deux prédomine et confère tout son sens à l’œuvre.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (334 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 312-334. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.