Métaphysique, éthique et politique dans la philosophie d' Al-Fârâbî : l'enjeu politique de la philosophie face à la religion

par Ahmed Yousef

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Claudie Lavaud.

Soutenue en 2010

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La philosophie se trouvait, depuis sa naissance dans le pays de l’islam, en rivalité avec la religion qui prétendait avoir la vérité certaine par le moyen de la foi. Pour trouver une solution au conflit entre la raison et la foi, les philosophes musulmans ont cherché d’abord à concilier les deux chemins de la vérité. La question posée était : quel est le rapport entre la philosophie et la religion ? Cette thèse vise à montrer la tentative d’Al-Fârâbî d’établir un dialogue entre ces deux vérités rivales, en exposant la thèse de la vérité originale philosophique et celle de la religion, qui est une vérité symbolique. Cette dernière se présente en tant qu’imitation de la philosophie. Al-Fârâbî essaie de prouver la supériorité de la philosophie à la religion en s’appuyant sur l’idée de l’imitation religieuse de la vérité philosophique et sur l’idée de l’ancienneté de la philosophie dans le temps. Nous cherchons à expliquer comment et pourquoi il a préféré s’appuyer sur l’épistémologie plutôt que sur la métaphysique. Le transfert de la métaphysique vers la méthode a conduit à une nouvelle compréhension de la philosophie politique. La philosophie n’est plus, comme elle l’était pour Platon et Aristote, une activité divine ou une fin en soi ; elle a pour fin d’aboutir au bonheur. Cette thèse aboutit à la conclusion selon laquelle la philosophie, en combinant entre le théorique et le pratique par le moyen de la philosophie politique, permet de parvenir au bonheur et d’acquérir la perfection humaine, et que seul le philosophe est capable de diriger la communauté politique et de réaliser le bonheur pour ses concitoyens.

  • Titre traduit

    Metaphysics, ethics and politics in Al-Fârâbî 's philosophy : political challenge of philosophy v. religion


  • Résumé

    Philosophy has found itself, since its birth in the land of Islam, in direct and continuous rivalry with the religion who claimed to have found the truth through faith. To resolve the conflict between reason and faith, Muslim philosophers sought first to reconcile these two paths of truth. Here, the question raised by them was: what is the relationship between philosophy and religion? This thesis aims to show the attempt of Al-Fârâbî to establish a dialogue between these competing truths by defining one as the original philosophical truth and the other as symbolic truth, which is just an imitation of the former. Al-Fârâbî tried to prove the superiority of philosophy over religion using two ideas: first, the idea of religious imitation of philosophical truth; and, second, the philosophical tradition is ancient than the religious one. This study will try to answer why and how he based his philosophy on epistemology rather than on metaphysics. The transfer from metaphysics towards method created a new understanding of political philosophy. The philosophy is no more, as it was considered by Plato or Aristotle, a divine science or an end in itself, but it is a means to obtain happiness. This thesis concludes first that philosophy can achieve happiness and acquire human perfection through combining theory and practice by virtue of political philosophy. Second, only a philosopher can rule a political community and achieve happiness for its citizens.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (327 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 318-324. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.