Echanges transfrontaliers et organisation de l'espace dans le bassin du lac Tchad (Nigéria, Cameroun, Niger, Tchad)

par Alix Servais Afouda

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de François Bart.

Soutenue en 2010

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    The basin of Lake Chad, an ecologically fragile region, placed during the pre-colonial period under the pre-eminence of the empire of Kanem-Bornu became the subject of colonial conquests by France, United-Kingdom and Germany and since the region’s establishment of Independence, has been partitioned in several State-nations, namely Nigeria, Cameroon, Niger and Chad. Henceforth, we are witnessing the validation of the colonial division and the establishment of new borders, as every state attempts to reinforce their dominion, at the expense of the unity of the region itself. However, this region remains marked by very intense cross-border exchanges. Due to the ramification of trade circuits, as well as the importance of flow of goods and cross-border strategies of tradesmen and their employees (carriers, traders, brokers etc. ), these cross-border exchanges have contributed to the creation of cross-border territories whose operation does not necessarily meet the logic of space organization defined by the States. These territories interlock and become entangled, thus creating a large space of regional cross-bordering around Maiduguri, involving at times territories belonging to Nigeria, Cameroon, the Niger and Chad. The operating mode of this space and Maiduguri’s leading role, illustrate a territorial re-arrangement and a regional integration which remind us of the pre-colonial era, during which the former capitals (Kukawa, Birni-Ngarzagmu…) of Kanem-Bornou, polarized the basin of Lake Chad.


  • Résumé

    Région écologiquement fragile, soumis pendant la période précoloniale à la prééminence de l’empire du Kanem-Bornou, le bassin du lac Tchad, qui a fait l’objet de conquêtes coloniales par la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, est depuis les Indépendances éclaté en plusieurs États-nations dont le Nigeria, le Cameroun, le Niger et le Tchad. Dès lors, on assiste à la consécration de la partition coloniale et des nouvelles frontières parce que chaque État veut affermir le domaine de son pouvoir, au détriment de l'unité de la région. Toutefois, cette région reste marquée par des échanges transfrontaliers très intenses. A cause des ramifications des circuits commerciaux, de l’importance des flux de marchandises et des stratégies transfrontalières des commerçants et de leurs hommes de main (transporteurs, cambistes, courtiers, etc. ), ces échanges transfrontaliers ont contribué à la création de territoires transfrontaliers dont le fonctionnement ne répond pas forcément à la logique d’organisation de l’espace définie par les Etats. Ces territoires s’emboîtent et s’enchevêtrent pour constituer autour de Maiduguri un grand espace régional transfrontalier, à cheval à la fois sur le Nigeria, le Cameroun, le Niger et le Tchad. Le mode de fonctionnement de cet espace et le rôle de premier plan que joue Maiduguri montrent bien une recomposition territoriale et une intégration régionale qui rappellent l’époque précoloniale, au cours de laquelle les anciennes capitales (Kukawa, Birni-Ngarzagmu…) du Kanem-Bornou polarisaient le bassin du lac Tchad.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (405 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 348-375

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2863
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.