Art et nationalisme au Chili : invention visuelle et construction symbolique d'une nation : 1810-1910

par Carlos Alonso Diaz Soto

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Dominique Jarrassé.

Soutenue en 2010

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    In the 19th century, Chile adopted the republican regime under the aegis of the nation. What role did the art play in consolidating this political model ? How were European esthetic models, specially French ones-conceived to legitimate the nation and its elite, adapted to local conditions ? For this work of research, we start with the basic hypothesis that every political nation is a cultural construction as well, and that its elaboration manifests itself by diverse forms of artistic and literary expression given that these are particulary controlled by the state. In the case of Chile, for example, one can observe that the presence, relatively hegemonic, of a traditional religious style close to baroque went hand in hand with the development of an age-old imaginary, lay, even nationalist. Thus our hypothesis establishes a federating link between the analysis of the visual arts and their utilisation by state institutions in order to consolidate the new political regime. This hypothesis indicates that if every nation is a cultural construction, the process of its construction is duly manifest in the combination of different artistic forms, notably those most supervised and controlled by the State ? Thus, as the supremacy of a mystical conception of the world through cultural creativity in the colonial period (16th to 19th century) is reflected in the hegemony of hagiographic painting and wood sculpture, the preponderance of lay creativity, age-old and of a nationalist type, must have left its mark, shaping itself to propagate a sort of nationalist iconography, initially supported by neoclassical forms, then articulated with academic foundations. The qualitative historical analysis, based on a temporal series of variants and using a method to compare and quantify the frequency of abounding iconography resulting from official political projects (State commissions to artists arriving in Chile as far back as 1822, the establishment of the National Academy of Fine Arts in 1849, the inauguration of the National school of sculpture and Crafts in 1852 as well as the organisation of the exhibitions in 1884) should permit the reconstruction of the process by which Chile edified a national type of creativity. Likewise, the most significant characteristics of this analysis should permit, in turn, the detection of the concepts expressed in the name of artistic experience. Through the press, in Chile as well as in other countries on the continent, the ruling classes introduced the people to poetry, and by glorifying the nation's specific folkloric traditions, to a historical consciousness of the country's past. As it was necessary to develop a sense of unity and identity within the territory, these same leaders sought to legitimise their status by taking an active part in the sponsorship and the control of artistic production. The creation of a national iconography was the starting point for a large scale ideological campaign aimed at the transformation of the bureaucratic interest of the community to political and cultural traditions. The portraits of the elite served as intermediate images between the ruling class and the working-class. They glorified the fatherland through the identification of these individuals who formed, at the same time, an allegory of new civic values. Through these effigies the people were meant to identify themselves, then to identify the supreme values of the identity that belonged to then. These figures (the Fathers of the homeland) were established as the authentic heirs from a common past open to the future by means of a “chileanity” on which the republican cult depended. Likewise, landscapes had for function to register and to document the territories and the inhabitants of the new nation. The problematic issues raised by this hypothesis open a series of questions, necessary for understanding the impact of political discourse on the panorama of artistic and cultural life in the country : Where does the national myth come from? How did it arise and how was it transformed into a justification of nationalism? How where the cultural and intellectual scenes in Chile affected by these developments ? To what extent did there exist an artistic tradition in Chile, at least in the European sense of the term? At what point does the iconology know as republican become permanent (or permeable) in the destiny of the visual arts? At present the term nationalism is not intended to be used in a strictly ideological sense, but rather as a larger concept, closer to the feeling of a myth. This thesis aims to analyse more precisely the kind of elements that define a field of study and its boundaries : the networks that construct the space of the nation and the symbolic roads that cross it, permitting the creation of a common culture. The 19th century in Chile, closely related to the ideology stemming from the Age of Reason, codifies a modern myth based on three fundamental axes : a) The founding spirit, the pedestal on which the Republic consolidated itself, based on the political culture of the ruling elite. It must be recalled that at the end of the 18th century Chile did not possess a social or cultural unity and that even the notion of “Chile” as a country only meant a simple geographical designation alluding to Santiago. B) The establishment of a “civil religion” (close to its myths, its heroes and its founding fathers) in opposition to the unaccomplished idea of rite, the concept of identity as of yet diffuse and unstable. We speak of a secular State and consequently, of a civilizing project based on the values of secularism, of a discourse elaborated in keeping with the central government, and at the same time grounded on the catholic religion. In spite of the Revolution in 1789, for some, France continued to be the eldest daughter of the church, Chile, through its Marian cult, discretely became identified as the beloved Republic of Our Lady of Mont-Carmel. C) The search for legitimacy, not only that of the land, but that of other intermediate forms of constraints and dominations as well, a search which is inclined to mark the transition from a primitive chaos to a founding order. Out of this, should be constructed the discourse of a “common tradition” which would take root before the colonial pact, or on the contrary, would question the networks of the neo-colonial pact in which the symptom of imperialism and the need of markets for industrial growth are examples of the way a country is born, inspire of the context but also thanks to it. Privileging a generational method of classification (analysis of formal qualities, symbols and motifs, the history of their creation, biographical aspects, …), the art histories of republican Chile were conceived from the biographies of local artistes, and also foreign ones who participated in the construction of a specifically chilean form of creativity. This creativity was chiefly inspired by the devise of scientific naturalism and positivism, then by Romanticism and national sentiment. The functioning of an identification criterion, elaborated on the notion of race (spiritual criterion or the expression of a Chilean “consciousness”) and its iconographical complements, is sensed to be the basis for the vast undertaking of apologetic discourse on instrumentalist art in the service of a national cause. There exist several situations within the matter of national art which must be considered to broaden the field of consideration on identity and the commitments of art from an ethnical point of view. We believe that the richness of this study resides in the discussion of the otherness of Chilean plastic art, that is to say, that the examination of the history of art should not be reduced to an exclusively plastic interpretation (in which the artists become heroes and their biographies become the narratives on which local art history is based), nor should it be written with the sheer and exclusive formalism of an inventory or a catalogue. Rather, this study should spread out in a broad sense and permit numerous questions to be raised concerning the identity of local culture, that of other cultures, as well as the evolution of society in general. The establishment of the National Academy of Painting (1849) emerges as a coherent result of the civilizing of the nation project, marking a crucial moment and setting itself up as the discursive matrix of Chilean art. Its aesthetic and spiritual synchrony with European culture should not be situated here as the expurgation of a reproachable mimesis or as an exclusive act of the Chilean elite. The establishment of this organisation follows from a major project ending with the creation of the Museum of Fine Arts, inaugurated in Santiago on September 18, 1880. It is in this way that the principal institutions legitimizing artistic production in Chile are structured : the Academy, the Museum and the Salons. The concept of the museum functions here as an analogy to the republican ideal of the Louvre : it becomes the specific space of the State recording the republican history that equally permits the democratization of the arts, that is to say, that gives citizens the moral right to participate in the appreciation of the artistic heritage, even if this inheritance is often incomprehensible with its unknown codes, too distant from the everyday life of the great majority of the population.

  • Titre traduit

    Art and nationalism in Chile : visual creativeness and symbolic construction of a nation : 1810-1910


  • Résumé

    Au XIXe siècle, le Chili adopte le régime républicain sous l'égide de l'État-nation. Quel rôle ont joué les arts dans la consolidation de ce modèle politique ? Comment les modèles esthétiques européens, notamment français, eux-mêmes conçus comme une légitimation de l'État et de ses élites, ont-ils été adaptés aux conditions locales ? Pour ce travail de recherche, notre hypothèse consiste à supposer que toute nation politique est aussi une construction culturelle et que son élaboration se manifeste à travers diverses formes d'expression artistique et littéraire dès lors que celles-ci sont particulièrement contrôlées par l'État. Dans le cas du Chili, on observe par exemple, que la présence relativement hégémonique d'un style religieux traditionnel proche du baroque s'est conjuguée avec le développement d'un imaginaire laïque, séculaire, voire nationaliste. Notre hypothèse établit alors un fil fédérateur dans l'analyse des arts visuels, et leur mise à disposition des institutions de l'État en vue de la consolidation du nouveau régime politique. Cette hypothèse signale que, si toute nation est une construction culturelle, le processus de sa construction a dû se manifester dans le maillage des différentes formes artistiques, notamment celles les plus surveillées et contrôlées par l'État. Alors, si la suprématie d'une conception mystique du monde dans l'imaginaire culturel de la période coloniale (XVIe-XIXe siècles) s'est reflétée dans l'hégémonie de la peinture hagiographique et de la sculpture sur bois, la prépondérance d'un imaginaire laïque, séculaire de type nationaliste, devrait avoir laissé son empreinte en se façonnant au service de la propagation d'une iconographie d'ordre nationaliste qui serait principalement de type historiciste et commémorative, appuyée d'abord par les formes du néo-classicisme, puis articulée sur les fondements de l'académie. L'analyse historique qualitative, appuyée sur une série temporaire de variantes, en employant une méthode de comparaison et de fréquence quantitative des flux iconographiques issus des projets officiels politiques (les commandes d'État aux artistes arrivés au Chili dès 1822, la fondation de l'Académie Nationale des Beaux-Arts en 1849, l'inauguration de l'École Nationale de Sculpture et d'Arts et Métiers en 1852 ainsi que la mise en place des Salons en 1884), devrait permettre la reconstruction du processus d'édification d'un imaginaire de type national au Chili. De même, ses caractéristiques les plus significatives permettraient, à leur tour, de détecter les conceptions formulées en tant qu'expérience artistique. À travers la presse, au Chili comme dans les autres pays du continent, les classes dirigeantes ont éveillé le peuple à la poésie, et par l'exaltation des traditions folkloriques propres à la nation, à une conscience du passé historique de la patrie. Comme il était nécessaire de développer un sentiment d'unité et d'identité à l'intérieur du territoire, ces mêmes dirigeants ont cherché à légitimer leur statut en prenant une part active dans le mécénat et le contrôle de la production artistique. La création d'une iconographie nationale a été le point de départ d'une grande campagne idéologique visant à transformer les intérêts de la collectivité bureaucratique en traditions d'ordre politique et culturel. Les portraits de l'élite se sont articulés comme des images intermédiaires entre les dirigeantes et la classe populaire. Ils ont associé l'exaltation de la patrie à travers l'identification de ces personnages qui en même temps constituaient une allégorie des nouvelles valeurs civiques. A travers ces effigies, le peuple devait s'identifier lui-même puis identifier les valeurs suprêmes de l'identité qui lui appartenait. Ces personnages (les pères de la Patrie) se sont installés comme les authentiques héritiers d'un passé commun ouvert au futur à partir d'une chilennité sur laquelle reposait le culte républicain. De même, le paysage devait accomplir la fonction d'enregistrer et de documenter les territoires et les habitants de la nouvelle nation. La problématique soulevée par cette hypothèse laisse ouverte une série d'interrogations nécessaires pour comprendre l'impact du discours politique sur le panorama de la vie artistique et culturelle du pays : d'où provient le mythe national ? Comment est-il né et comment se transforme t-il en justification du nationalisme ? Comment le paysage culturel et intellectuel chilien a-t-il été affecté par ces évolutions ? Dans quelle mesure y a t-il eu au Chili une tradition artistique, du moins au sens européen du terme ? À quel point l'iconologie, dite républicaine, est-elle permanente (ou perméable) dans le destin des arts visuels ? Nous voulons ici que le terme de nationalisme ne s'emploie pas dans un sens strictement idéologique mais davantage sur une idée plus large, plus proche du sentiment ou du mythe. Cette thèse vise à étudier plus précisément un type d'élément qui dessine un espace parallèlement à ses frontières : les réseaux qui construisent l'espace de l'État et les routes symboliques qui le traversent, permettant de créer une culture commune. Le XIXe siècle au Chili, étroitement lié à l’idéologie issue du siècle des Lumières, codifie un mythe moderne à partir de trois axes fondamentaux : a) L'esprit fondateur, socle sur lequel la République s’est consolidée, à partir de la culture politique des élites dirigeantes. Il faut rappeler qu'à la fin du XVIIIe siècle, le Chili ne possédait ni unité sociale ni unité culturelle et que la notion même de « Chili » en tant que pays n'était comprise que comme une simple désignation géographique faisant allusion à Santiago. B) L’établissement d’une « religion civile » (près de ses mythes, de ses héros et de ses pères fondateurs), en opposition à l’idée inaccomplie du rite, le concept d'identité étant encore diffus et instable. Nous parlons d'un État séculier et par conséquent, d'un projet civilisateur fondé sur les valeurs de la laïcité, d'un discours élaboré par rapport au pouvoir central, et en même temps appuyé sur la religion catholique. Si malgré la Révolution de 1789, pour certains, la France continuait d'être la fille ainée de l'église, le Chili, à travers son culte marial, s'est discrètement identifié comme la République bien-aimée de Notre-Dame du Mont-Carmel. C) La recherche de la légitimité, non seulement celle de la terre, mais aussi celle d’autres formes intermédiaires de contraintes et de dominations, recherche qui tente de marquer la transition d'un chaos primitif à un ordre fondateur. Par là-même, doit se tisser le discours d’une « tradition commune » qui aurait ses racines au-dessus du pacte colonial, ou au contraire, qui mettrait en question les réseaux du pacte néo-colonial dans lequel le symptôme de l’impérialisme et la nécessité des marchés pour la croissance industrielle sont un exemple de la manière avec laquelle naît un pays, malgré le contexte mais aussi grâce à lui. Privilégiant une méthode de classement générationnel (analyse des qualités formelles, symboles et motifs, histoire de leur création, aspects biographiques,. . . ), les histoires de l'art du Chili républicain ont été conçues à partir des biographies d'artistes locaux et aussi étrangers, ayant participé à la construction d'un imaginaire proprement chilien. Cet imaginaire était principalement inspiré par la devise du naturalisme scientifique et le positivisme, puis par le romantisme et le sentiment du national. Le fonctionnement d'un critère identitaire, élaboré sur la notion de race (critère de spiritualité ou d'expression d'une « conscience » chilienne) et ses compléments iconographiques, est pressenti comme la base de la grande entreprise apologiste du discours de l'art instrumentalisé au service d'une cause nationale. À l'intérieur de la problématique de l'art national existent plusieurs conjonctures qui doivent être abordées pour élargir le domaine de réflexion sur l'identité et les engagements de l'art à partir d'une vision ethnique. Nous croyons que la richesse de cette réflexion se trouverait dans le dialogue avec l'altérité de la production plastique chilienne, c'est à dire, que l'examen de l'histoire de l'art ne doit pas rester coincé sous une interprétation exclusivement plastique (où les artistes deviennent des héros et leurs biographies des récits fondateurs de l'histoire de l'art locale), ni écrit sur le formalisme pur et exclusif d'un inventaire ou d'un catalogue. Cet examen doit plutôt se répandre dans un sens large qui permettrait de soulever de nombreux problèmes relatifs à son identité propre et à celle de l'autre, ainsi qu'au devenir. La fondation de l'Académie Nationale de Peinture (1849) apparaît tel un résultat cohérent du projet civilisateur de la nation, s'installant comme moment fondateur et comme la matrice discursive d'un art chilien. Sa synchronie esthétique et spirituelle avec la culture européenne ne devrait pas se situer ici à l'image de l'expurgation d'une reprochable mimesis ou comme un acte privatif de l'élite chilienne. La mise en place de cette organisation découle d'un projet majeur qui s'achève avec la création du musée des Beaux-Arts, inauguré à Santiago le 18 septembre 1880. C'est ainsi qu'au Chili se sont structurées les principales institutions qui ont légitimé la production artistique : l'académie, le musée et les salons. Le concept du musée fonctionnera ici en analogie à l'idéal républicain du Louvre : il devient l'espace propre de l'État où s'enregistre l'histoire républicaine qui permet également la démocratisation des arts, c'est à dire, qui donne à la citoyenneté le droit moral de participer à l'appréciation du patrimoine artistique, même si ce patrimoine est souvent incompréhensible avec ses codes inconnus, trop loin du quotidien de la grande majorité de la population.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (434, 146, [130] f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 386-405 du vol. I. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4147
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.