Production et dysfonctionnement de l'espace urbain de Djibouti : une approche théorique et méthodologique au service de l'aménagement

par Moustapha Nour Ayeh

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Serge Ormaux.


  • Résumé

    La ville est un système avait dit Beaujeu-Garnier. Si cette assertion est désormais une forme de tautologie tant la démarche systémique s'est imposée en science géographique, le système par définition évolue tout en restant en équilibre, équilibre dit dynamique. Mais au fur et à mesure que le système se complexifie, il devient stable. Pour la ville qui est prise comme objet d'étude, la thèse se fonde sur une idée assez simple, on serait aux premiers stades de ces divers équilibres successifs. Autrement dit, la vie urbaine actuelle est avant tout une gestation urbaine. Essayer de diagnostiquer les de��séquilibres de la ville dans son processus de formation et de développement passe par trois points. Le premier point tendrait à démontrer que la ville porte profondément la tare de sa naissance. D'abord, sa trajectoire est assez chaotique, l’affublant d'une structure déficiente tout en la coupant de son arrière-pays (la frontière se trouvant à environ 20 km), et la condamnant à virevolter avec des moyens somme toute dispensés avec parcimonie. L'afflux de population surtout à partir de la Seconde guerre mondiale, les lois rendant difficile leur installation définitive ainsi que les aléas politiques font que la majorité de la population se retrouve dans des quartiers sous équipés d'où les tensions récurrentes qui les agitent. Cette difficulté de la ville serait-elle matériellement visible ? Le second point veut répondre à cette question. Une analyse de la structure urbaine, à l'aide d'outils géométriques, fournit deux réponses intéressantes. La géométrie fractale (inventée et popularisée par Mandelbrot, et appliquée par Frankhauser en géographie urbaine) confirmerait une idée purement intuitive, la consommation d'espace nécessite beaucoup de ressources. Une corrélation se fait entre faible dimension fractale et quartiers intégrés. A une plus grande échelle, ce sont la configuration des quartiers et la configuration du réseau qui sont remis en cause par la loi constructale. Cette loi, apparue seulement dans les années 90, se penche sur le couple flux-structure, la qualité des flux dépendant de la qualité du réseau (qui irrigue la ville). L’indigence et les incohérences sont simplement mises en lumière par cette loi. Quel que soit le niveau déterminé par la loi constructale, la hiérarchisation qu'elle prévoit ne s'observe pas à Djibouti. Enfin, la partie humaine du système urbain reste la pièce essentielle, une pièce qui est au stade d’adaptation à la ville. Si, suivant en cela une rhétorique mémétique, la production urbaine est avant tout une production mentale et que cette production mentale est acquise d'une manière automatique, le caractère brouillon de la ville est non seulement imputable à la pauvreté des ressources, mais aussi aux modes de pensée déjà solidement installés chez les habitants. Ainsi la pauvreté matérielle rejoint et en même temps se nourrit de la pauvreté en « idées urbaines » (au sens urbanité) des habitants. Une forme de déconstruction mémétique de l'univers mental actuel serait-il à même de casser cette dimension du système ? Encore faut-il que la théorie des mèmes ou des représentations mentales nous en fournissent les méthodes d'action ! La thèse est donc conçue comme un dialogue entre l'objet d'étude (la ville de Djibouti) et des outils théoriques. Ce qui permet de faire un bon diagnostic de l'état actuel de la ville et dans un second temps d'esquisser quelques pistes d'aménagement pour un meilleur équilibre urbain

  • Titre traduit

    Production and dysfunction of urban space : a theorical approach and methodology for urban planning


  • Résumé

    The city is a system said Beaujeu-Garnier. If this assertion is now a form of tautology because the systemic approach is generalized in geographical science, but in its evolution, any system becomes more and more complex. For the city of Djibouti, the complexity is in its infancy. We can see it in the urban structure and geometric tools can help us. The fractal geometry (invented and popularized by Mandelbrot) confirms an idea purely intuitive use of space requires many resources. Correlation is evident between fractal dimension and quality of neighborhoods. On a larger scale, this is the configuration of districts and configuration of the network that are questioned by law constructal. On the other hand, the human dimension is studied with the memetic theory. If, in line memetic, urban production is primarily a mental production, studying the city returned to work the ideas of the inhabitants. So the thesis is shaped as a dialogue between the object of study (the city of Djibouti) and theoretical tools. We’ll make a good diagnosis of the current state of the city and a second time we’ll sketch some ideas for urban development.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (313 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 270-275

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2010.1006

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2865
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.