Facteurs de risques environnementaux et maladies inflammatoires chroniques intestinales

par Prévost Jantchou Mbakop

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Franck Carbonnel et de Elisabeth Monnet.


  • Résumé

    Divers facteurs de risques ont été incriminés dans la genèse des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). Dans ce travail de thèse, nous avons étudie�� les facteurs qui pourraient contribuer à la survenue de maladie de Crohn (MC) ou de rectocolite hémorragique (RCH) au sein d'une cohorte prospective. La cohorte E3N est une cohorte de 98997 femmes âgées de 40 à 65 ans, affiliées à la Mutuelle Générale de l'Education Nationale suivies prospectivement depuis 1990. Des variables liées à l'environnement étaient recueillies à l'entrée dans l'étude incluant un interrogatoire alimentaire détaillé. Des questionnaires auto administrés tous les deux ans recueillaient les évènements de vie, les maladies chroniques et cancers. Les données concernant les MICI étaient recueillies tous les deux ans jusqu'au dernier questionnaire (juin 2005). 123 femmes ont déclaré un cas d'incident de MICI après l'inclusion dans la cohorte dont 77 après remplissage du questionnaire alimentaire. Un excès d'apport de protéines était statistiquement corrélé au risque de survenue de MICI (Hazard ratio (HR) pour le 3ème vs. Le 1er tertile = 3,31 ; IC à 95 % : 1,41-7,77 ; p trend = 0,007). Cette association était exclusivement liée aux protéines animales (HR pour le 3ème vs. Le 1er tertile = 3,03 ; IC à 95 % : 1,45-6,34 ; p trend = 0,005). L'analyse des classes d'apports protéiques révélait que l'apport de viande et de poissons était corrélé à un risque élevé de survenue de MICI contrairement à l'apport d'oeufs ou de produits laitiers. Par ailleurs, sur l'ensemble de cette cohorte, une forte exposition solaire surtout en hiver, était associée à une diminution du risque de MC (HR pour le 3ème vs. Le 1er tertile = 0,46 ; IC à 95 % : 0,22 à 0,98 ; p trend = 0,03) mais pas de RCH. L'ajustement sur l'activité physique, le tabagisme, la prise de traitements hormonaux, l'index de masse corporelle et le niveau socio-économique ne modifiaient pas notablement ces deux principaux résultats. Une analyse multivariée (prenant en compte le niveau d'UV, la consommation de protéines, l'apport en vitamine D et l'apport calorique) incluant les patientes atteintes de MC ayant rempli le questionnaire alimentaire à l'inclusion (n = 35) et les non cas (n = 70987) était effectuée. Le risque de MC était diminué chez les femmes qui avaient un niveau élevé d'exposition solaire (HR = 0,32 ; IC à 95 % : 0,13 à 0,81 ; p trend = 0,01 et celles qui avaient un apport élevé en vitamine D (HR = 0,40 ; IC à 95 % : 0,15 à 1,03 ; p trend = 0,07).


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (140 f.)
  • Notes : Thèse disponible en texte intégral (au format PDF) dans la base de données ARTUR-FC, accessible à partir de l’adresse www.scd.univ-fcomte.fr puis lien vers ARchive des Travaux Universitaires et de la Recherche - Franche-Comté (= ARTUR-FC : nom de la base des productions scientifiques de l Université de Franche-Comté)
  • Annexes : Bibliogr. p. 131-140 et en fin des articles

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Santé (Besançon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : WI.522.JAN.2010
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.