Le processus de libéralisation de la vie politique au Sénégal : recherches sur les conséquences juridiques et politiques du retour au pluralisme politique intégral

par Cheikh Baye Niasse

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Patrick Gaïa et de Seydou Nourou Tall.


  • Résumé

    L’étude de la libéralisation de la vie politique au Sénégal, avec comme champ de recherche les conséquences juridiques et politiques du retour au pluralisme politique intégral, peut sembler une gageure. Dans le vaste mouvement de restauration de la démocratie multipartisane qui s’est amorcée en Afrique de l’Ouest francophone depuis les années 1990 à la faveur de la période dite de transition démocratique, le Constituant sénégalais n’a pas voulu être en reste même si le Sénégal a commencé le réapprentissage des règles du jeu démocratique bien avant ses pairs africains par la reconnaissance du premier parti légal d’opposition en 1974. La démocratie sénégalaise est jugée exemplaire par les observateurs étrangers et, face à la rareté des exemples sur le Continent africain, il est tentant de la considérer comme un modèle. D’ailleurs, c’est ce statut qui est réservé au Sénégal dans les différentes études qui s’intéressent à son système politique. Et pourtant, les revendications démocratiques n’ont de cesse de se multiplier et de s’intensifier ces dernières années. Dès lors, cette étude se veut une interrogation sur cet écart entre l’appréciation extérieure et la réalité démocratique interne. Le renforcement et l’affermissement des règles du jeu politique, la garantie de l’indépendance des organes chargés du contrôle et de la supervision des processus électoraux, la redéfinition des rapports, d’une part entre la politique et l’argent et, d’autre part, entre la politique et la religion, le respect de l’exercice effectif des droits et des libertés politiques entre autres nous semblent être autant de défis que la démocratie sénégalaise devrait relever sur le chemin de sa perfection.


  • Résumé

    The study of Senegalese political life’s liberalization through the analysis of legal and political consequences of a comeback to multiparty democracy looks like a hard if not an impossible task. Within the large movement of democratization that affected Francophone WestAfrica during the 1990’s in the socalled period of ‘democratic transition’, the Senegalese constitution maker took part in this movement, even though Senegal started earlier with multiparty democracy in 1974 through the acceptance of the first opposition party. The Senegalese democracy has been regarded as a model by foreign observers and, due to the scarcity of such examples on the African continent, it has been common to consider it as such. Accordingly, this status has been acknowledged by most of the studies dedicated to its analysis. Nevertheless, democratic claims have grown increasingly during the past few years. The current research can be regarded as a test on the real gap between the positive external evaluation and the existing internal democratic reality. The reinforcement and the deepening of political organization rules, the guarantee of independence regarding organs in charge of monitoring and supervising electoral processes, the redefinition of relationships between politics and finance on one hand, and between politics and religion on the other hand, the respect for an effective and concrete enforcement of rights and political freedoms are, according to this study, the new challenges that the Senegalese democracy will have to face to improve in future.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (490 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.433-479. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : AIX TD 2824
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Espace René Cassin. Groupe d'études et de recherches sur la justice constitutionnelle.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH NIA
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.