Esprit mathématique et pensée économique dans l'Antiquité et au Moyen-âge

par Sylvain Trifilio

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Gérard Bramoullé.

Soutenue en 2010

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    La « révolution marginaliste » est souvent décrite comme l’événement ayant donné naissance à l’économie mathématique. On connaît, cependant, des auteurs qui ont, bien avant les années 1870, proposé des analyses mathématiques de problèmes économiques. De quand, alors, peuton dater l’introduction des mathématiques dans la réflexion économique ? Certains historiens de la pensée économique sont remontés jusque dans l’Antiquité pour découvrir des penseurs ayant développé une approche mathématique de questions économiques. Aristote, en particulier, passe pour être le premier à avoir appliqué les mathématiques à l’économie en s’inspirant des mathématismes pythagoricien et platonicien. En réalité, cependant, il n’y a pas la moindre trace d’économie mathématique dans l’Antiquité, ni même au Moyen Age. Il n’y a pas même d’entreprise globale de mathématisation qui touche l’économique à ces époques. Et si on peut observer un certain esprit mathématique chez quelques auteurs de ce temps, ce qui est d’ordre économique ou, plus généralement, social lui reste totalement étranger.

  • Titre traduit

    Mathematical Mind and Economic Thought in Antiquity and in the Middle Ages


  • Résumé

    The “marginal revolution” is often described as the event that gave birth to mathematical economics. Nevertheless, a few authors are known for having proposed, long before the 1870’s, mathematical analysis of economic issues. When was mathematics, then, first introduced into the field of economic reflection ? Some historians of economic thought have gone back to Antiquity to discover thinkers supposed to have developed a mathematical approach to economic problems. Aristotle, in particuler, is considered as the first to have applied mathematics to economics, by using Pythagorean and Platonic mathematism. But, in reality, there is no slightest trace of mathematical economics in Antiquity, or even in the Middle Ages. There is no global enterprise of mathematization during these periods. And if we can detect a certain “mathematical mind” in some authors, issues of economic or social nature stayed outside its range.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (361 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 277-349. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : AIX TD 2811/A-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.