Les inégalités de genre sur les marchés du travail des pays en développement : le cas du Sénégal (1992-2002)

par Ndongo Samba Sylla

Thèse de doctorat en Sciences Economique

Sous la direction de Jacques Charmes et de Jean-Claude Barbier.

Soutenue en 2009

à Versailles-St Quentin-en-Yvelines .


  • Résumé

    Cette présente recherche porte sur les inégalités de genre sur le marché du travail sénégalais durant la décennie 1990 (1992-2002). Par cette expression, il faut entendre les inégalités entre hommes et femmes en (i) termes d’accès à l’emploi rémunéré ; (ii) d’opportunités d’emplois (ségrégation de l’emploi) (iii) de conditions de travail ; et (iv) de rémunérations. Notre hypothèse de départ est que la prise en compte des spécificités des marchés du travail des pays en développement est un préalable pour toute étude des inégalités de statut économique entre hommes et femmes. En effet, comparés aux marchés du travail des pays développés, ceux des pays en développement se caractérisent par la grande hétérogénéité des relations d’emploi. Or, l’inégale répartition des hommes et des femmes à travers les différents statuts et secteurs institutionnels est l’une des facettes les plus importantes des inégalités de genre dans ce type de contexte. Elle implique d’emblée une segmentation de l’emploi et des revenus basée sur le genre. En raison des discriminations dont elles sont victimes, de leur moindre accès aux facteurs de production et de leur moindre éducation, les femmes sénégalaises ont encore un statut économique relativement faible, comparées à leurs homologues masculins : elles sont défavorisées en termes d’accès à un emploi rémunéré ; leurs opportunités d’emplois tendent à se limiter à un nombre réduit de secteurs et de professions ; en termes de conditions de travail, elles sont confrontées à une grande précarité ainsi qu’en témoigne leur surexposition aux emplois de l’économie informelle ; du point de vue des rémunérations, elles sont moins payées que les hommes et cela même lorsqu’elles ont un niveau d’éducation plus important. En vue de la promotion de l’égalité de statut économique entre les sexes, cette étude plaide pour un regain d’investissement dans l’éducation des femmes ainsi qu’un renforcement des statistiques portant sur les questions de genre

  • Titre traduit

    Gender inequalities in developing countries labour markets : the case of Senegal (1992-2002)


  • Résumé

    This research focuses on gender inequality in Senegalese labour market during the 90’s (1992-2002). By this expression, we mean inequality between men and women (i) in access to paid employment; (ii) employment opportunities (employment segregation); (iii) working conditions and (iv) earnings. Taking into account the specificities of the labour markets of the underdeveloped countries is a precondition for all study on economic inequality between men and women. This proposition is our starting hypothesis. Actually, compared to developed countries labour markets, those of developing countries are characterized by the greater heterogeneity of their employment relations. The unequal distribution of men and women across different statuses and institutional sectors is one of the most important facet of gender inequality in this type of context. It implies a segmentation of employment and earnings based on gender. Due to the discriminations they face, their lower access to factors of production and education, Senegalese women still have a low economic status compared to men : they have less access to paid employment; their employment opportunities tend to be limited to a reduced number of sectors and professions; in terms of working conditions, they face a great precariousness as shown by their overexposure to jobs provided by the informal economy; in terms of earnings, they are less paid than men even in the circumstances where their level of education is more important. In order to promote economic equality between sexes, this study advocates a renewed investment on female education and a greater statistical effort on gender issues.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (334 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 289-310

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.