La recherche d'une "phonograhie" : Le traitement de la voix dans La Comédie humaine de Balzac

par Sandra Jacquemoud-Collet

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Agnès Spiquel.

Soutenue en 2009

à Valenciennes .


  • Résumé

    La perception de la voix humaine a été profondément renouvelée au siècle des Lumières, qui note sa densité de présence, sa séduction, sa transparence, son expressivité. Balzac est un des premiers romanciers à prendre acte de ces changements : La Comédie humaine inaugure ainsi l’apparition en littérature d’une sensibilité moderne aux voix, parlées et chantées. C’est cette poétique balzacienne de la vocalité que cette étude se propose d’étudier. On verra comment le roman balzacien construit ce nouvel objet. Il en explore toutes les contradictions : sa matière indécidable, tout d’abord, qui peut aussi bien ancrer le phénomène vocal dans le sensible, reconnaître sa sensualité (La Comédie humaine élabore une véritable érotique des voix) ou au contraire l’assimiler aux mouvements psychiques (la voix revêt une dimension ontologique qui l’inscrit dans l’énergétique balzacienne). Mais il y a aussi ce paradoxe entre la séduction irrésistible que la voix exerce sur l’auditeur, et la charge de sens qu’elle peut porter : elles peuvent se conjuguer ou se contrarier. Cette richesse de la voix la met en concurrence directe avec les mots : elle constitue ainsi une menace pour la maîtrise de l’écrivain. Érigée en objet littéraire, la voix met en crise l’écriture. Ephémère par définition, elle est ce qui se perd dans toute transcription : elle jette à l’écrivain un défi que Balzac est un des premiers à relever. Sa recherche d’une écriture « phonographique », qui conserve dans l’écrit toute la richesse et la complexité de la voix, se trouve ainsi placée à l’horizon de notre travail.

  • Titre traduit

    The quest of a "phonography". The treatment of human voice in Honoré de Balzac's La Comédie humaine


  • Résumé

    The perception of human voice was deeply renewed during the XVIIIth century, when philosophers and writers started to notice how dense, how transparent, how expressive and seducing it is. Balzac is one of the first novelists who takes these changes into account : La Comédie humaine affords, for the first time, a modern sensitivity to the voice, spoken or singing. The aim of this work is to study how the Balzacian novel approaches this new object. Balzac probes into all its contradictions, and first of all, the voice’s undecidable substance. It may either root the vocal phenomenon into the sensitivity and acknowledge its sensuality (La Comédie humaine establishes a real eroticism of the voices), or, on the other hand, assimilate the voice to the psychè. It bears an ontological dimension, which connects it with Balzac’s conception of energetic moves. There is also a paradox between the irresistible seduction the voice exerts on the listener, and the power of meaning it may provide : they may either combine or contradict. Because of its richness and complex meaning, the voice competes with words : thus it challenges the writing, and threatens the writer’s art. Ephemeral by definition, it is inevitably lost in the transcription : it is then a challenge to the writer, and Balzac is one of the first who rises to it. His exploration of a “phonographic” writing, which intends to record all the richness and complexity of the voice in the writing, is the objective of this study.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (532 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.514-522.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. Service commun de la documentation. Site du Mont Houy.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 900650 TH
  • Bibliothèque : Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. Service commun de la documentation. Site du Mont Houy.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : 900651 TH
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.