Entre sacrifice et sacré : l'écriture de Toni Morrison.

par Emmanuelle Andres (Andrès)

Thèse de doctorat en Langue Vivante d'Anglais

Sous la direction de Claudine Raynaud.

Soutenue le 30-11-2009

à Tours , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours) , en partenariat avec Groupe de recherches anglo-américaines (Tours) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Marie-Claude Perrin-Chenour.

Les rapporteurs étaient Françoise Sammarcelli, Monica Michlin.


  • Résumé

    Cette étude aborde l’œuvre de Toni Morrison à travers le prisme du sacré. Elle explore comment les romans offrent, d’un point de vue thématique et littéraire, une toile structurelle et formelle permettant l’accès au sacré – à cette transcendance dont le lecteur ne revient pas indemne. L’acte sacrificiel et la violence sont au cœur de la diégèse des romans. La reproduction du geste sacrificiel dans l’acte de « lecture-écriture » (terme emprunté à Henri Meschonnic) élabore le passage, au fil des romans, de la mise à mort des personnages au don (de l’être, de l’œuvre), comme en atteste le titre du dernier roman, A Mercy. L’idée de séparation véhiculée par l’étymologie du mot « sacré » est explorée à travers la dichotomie du pur et de l’impur ; le positionnement systématique des personnages d’un côté et de l’autre d’un écran de « pureté » participe au processus de sacralisation et tisse le fil rouge de la contagion, générée dans le texte même. Ce travail explore dans quelle mesure le sacré se répercute sur l’écriture, au point de devenir la condition du dé-pli et de l’expérience figurale du texte. La composition à l’œuvre dans les romans orchestre une écriture vivante, à haute voix, à l’orée du sentiment, qui rend très souvent compte de l’élément non rationnel du « divin ». Celui-ci est à même de souligner l’impact de l’écriture morrisonienne sur le lecteur, alors que le ressenti commun entre écrivain et lecteur, propre à l’écriture dialogique, génère la pulsion d’écrire.

  • Titre traduit

    Writing in between Sacrifice and the Sacred : toni Morrison's Fiction


  • Résumé

    This study investigates Toni Morrison’s oeuvre from the standpoint of the sacred, and in particular how the sacred bears upon the writing itself, thus transforming the text into the locus and condition of the reader’s experience. Morrison’s work is thematically and formally predicated upon an access to the sacred/holy. The concept of the sacred is indeed highly relevant in Toni Morrison’s work, since the very act of composing/conducting the novels is heard and set in an affective language which often renders the non-rational element of the divine, referred to here as the “holy”. Its ability to move and astound the reader is rendered through actual or textual sacrifice. As the title of her latest novel, A Mercy, suggests, the sacrificial gesture which is reproduced in the reading/writing experience (following Meschonnic’s concept of “lecture-écriture”) creates an intimate link between the characters’ sacrificial deaths and the gift of the book, thereby inscribing sacrifice and violence at the very heart of the novels. The idea of separation conveyed by the etymology of the word “sacred” is explored through the dichotomy of “purity” versus “impurity” in the novels, where characters labelled as either pure or impure participate in the sacralising process. The concept of the sacred/holy not only accounts for the impact of Toni Morrison’s writing on the reader; it also sheds light on the dialogical nature of her work from which arises the shared impulse that is the reading/writing of the book.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.