Travail posté et syndrome métabolique

par Yolande Esquirol

Thèse de doctorat en Physiopathologie

Sous la direction de Bertrand Perret.

Soutenue en 2009

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Le caractère multifactoriel de la maladie cardiovasculaire a donné lieu à des démarches d'identification et de prévention des facteurs de risques cardio-vasculaires durant ces 4 dernières décennies. Si certains de ces facteurs sont bien établis, d'autres restent suspectés. Pour autant, malgré les progrès des prises en charge thérapeutiques, le risque devrait demeurer dans les premières causes de décès dans les années 2030, faisant poser la question de l'existence de facteurs méconnus ou moins connus ? Certains facteurs professionnels sont aujourd'hui évoqués en lien avec les MCV. Parmi eux, le mode d'organisation des horaires de travail (travail posté) occupe une place de plus en plus importante. Nous avons souhaité apporter notre contribution en réponse aux questions suivantes : Le travail posté, agit-il directement et indépendamment d'autres facteurs de risques? Intervient-il comme un cofacteur sur des facteurs de risque cardio-vasculaire établis tels que l'hypertension artérielle, les dyslipidémies, l'obésité ou plus généralement sur le syndrome métabolique? Quels sont les mécanismes impliqués? Tout d'abord, nous avons réalisée une revue de la littérature sur l'impact du travail posté et le risque cardiovasculaire, puis nous avons mené une étude transversale intégrant de nombreux facteurs de confusion, sur une population postée ciblée (3x8). Cette étude a concerné 198 sujets (100 travailleurs postés et 98 travailleurs de jours) d'une entreprise de la région du sud-ouest a été menée. Des paramètres sociaux et professionnels, comportementaux (alimentaires, tabac, activité physique), anthropométriques, cliniques et biologiques (plus particulièrement ciblés sur le métabolisme lipidique) ont été analysés en lien avec le travail posté. Le syndrome métabolique a été étudié selon plusieurs définitions référencées. Plusieurs indices d'insulino-résistance et d'insulino-sensibilité ont été étudiés. Les analyses effectuées permettent d'établir que le travail posté est un facteur explicatif indépendant du syndrome métabolique en tenant compte d'un large panel de facteurs de confusion. L'effet travail posté se manifeste essentiellement sur l'hypertriglycéridémie, l'hypoHDLémie, sur l'élévation des acides gras libres et une glycémie plus basse par rapport aux travailleurs de jour. Les travailleurs postés présentent une réponse des cellules beta du pancréas plus élevée avec une diminution de la sensibilité à l'insuline uniquement enregistrée avec l'indice le plus récemment proposé : index de DISSE. Le travail posté s'inscrit dans un effet additif sur le syndrome métabolique et plus particulièrement sur les perturbations du métabolisme lipidique et ses conséquences sur le pancréas. Les perturbations des rythmes circadiens pourraient être largement impliqués. CONCLUSION : Appartenant au groupe des facteurs dits modifiables, les modes d'organisations des horaires de travail pourraient représenter un enjeu majeur de prévention collective mais également à l'échelle individuelle, pour les praticiens dans l'amélioration de la prise en charge des risques cardiovasculaires des patients.

  • Titre traduit

    Shitf work and metabolic syndrome


  • Résumé

    The multifactorial characteristics of cardiovascular diseases have led to efforts to identify and prevent risk factors for cardiovascular disease for the last four decades. While some of these factors are well established, others are only suspected. However, despite advances in therapeutic care, the cardiovascular risk might remain only of the leading causes of death in the 2030s, which raises the question of the existence of unknown or lesser known factors. Some occupational factors are now discussed in relation with the CVD. Among them, the organization of work schedules (shift work) is becoming more and more important in present society. The goal of this work is to contribute to answer to the following questions: the shift work impact, does it directly and independently of other cardiovascular risk factors? Does it occur as a cofactor on risk factors of cardiovascular disease such as established hypertension, dyslipidemia, obesity, or more generally on metabolic syndrome? What are the mechanisms involved? First, we have conducted a bibliography survey on the impact of shift work and cardiovascular risk, and then we have proposed a cross-sectional study incorporating many confounding factors on a targeted population (3x8). One hundred and ninety height 198 subjects (100 shift workers and 98 days workers) of a plant of the South-west in France have been involved. Social, professional and behavioral factors (food, tobacco, physical activity), anthropometric, clinical and biological data (specifically focused on lipid metabolism) were analyzed in relation to shift work. The metabolic syndrome has been studied according to several referenced definitions. Several indices of insulin resistance and insulin sensitivity were integrated. The analysis indicates that shift work is an explicative factor of the metabolic syndrome, taking into account a wide range of confounding factors. The shift work is mainly illustrated by hypertriglyceridaemia, hypoHDLémie, the raise of free fatty acids and lower blood glucose levels compared to day workers. Shift workers have a higher response of pancreas beta cells with a greater decrease in insulin sensitivity only registered with the index most recently proposed: the DISSE index. Shift work brings an additive effect on metabolic syndrome and more particularly the alteration of lipid metabolism and its effects on pancreas. Disturbance of circadian rhythms could be largely involved.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (159 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 147-153

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2009 TOU3 0285
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 8104
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.