Réécrire l’Angleterre (1900-1945) dans la littérature britannique contemporaine

par Elsa Cavalié

Thèse de doctorat en Anglais

Sous la direction de Catherine Lanone.

Soutenue en 2009

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Cette thèse explore les réécritures de l'Angleterre de la première moitié du 20ème siècle dans la fiction contemporaine, en particulier dans A Month in the Country de J. L. Carr, Atonement de Ian McEwan, Arthur and George de Julian Barnes et la trilogie de Barker consacrée à la Grande Guerre (Regeneration, The Eye in the Door et The Ghost Road). En choisissant de réinvestir les lieux familiers de l'anglicité édouardienne, comme le paysage anglais archétypal, les romans « rétro-édouardiens/georgiens » remettent en cause leur statut en tant que source de l'identité anglaise. De même, les « country houses » se révèlent parfois des labyrinthes de l'intime, se dérobant au regard de narrateurs tentant de réécrire un passé coupable en regardant une dernière fois à travers leurs portes et leurs fenêtres. La notion de communauté, à travers la dichotomie étranger familier et l'émergence des marges est ensuite remise en question. De plus, la notion de gentleman, la définition et l'éthos de cette figure masculine archétypale sont déstabilisés. La répression de l'émotion est ainsi analysée, avant d'envisager la possibilité d'une régénération de l'identité empruntant les voies de la psychanalyse ou de l'expression artistique. Ainsi, on trouve dans la littérature « rétro-édouardienne/georgienne » une réflexion métafictionnelle sur le processus d'écriture de l'Histoire où faits historiques et fiction se mêlent, afin de dialoguer avec la tradition littéraire du pays. La dimension éthique du retour vers le passé est ainsi invoquée, de même que la possibilité de faire coexister les concepts apparemment antithétiques que sont le postmodernisme et l'humanisme.

  • Titre traduit

    Rewriting England in Contemporary British Fiction


  • Résumé

    This dissertation deals with the rewritings of Edwardian & Georgian England in contemporary fiction, with a specific focus on J. L. Carr's A Month in the Country, Ian McEwan's Atonement, Julian Barnes's Arthur and George and Pat Barker's Regeneration Trilogy (Regeneration, The Eye in the Door and The Ghost Road). When choosing to go back to England's archetypal places, such as the English pastoral landscape and the “South Country”, “retro-Edwardian” novels question these territories' legitimacy and the ‘origin' of Englishness. Similarly, the English country houses are sometimes perceived as mazes in which their inhabitants get lost when trying to have one last look through their windows. Moreover, the concept of “community” is questioned, through its relationship to the Strange/Familiar dichotomy, in novels that are sometimes written “from the margins”. Gentlemanliness, its definition and ethos are then destabilized and the repression of feelings evoked. Still, regeneration is always deemed possible, whether it be thanks to the “talking cure” or artistic development. Furthermore, novels revisiting Georgian and Edwardian England are strongly metafictional, reflecting on the writing of History where fact and fiction are intermingled in order to create a dialogic relationship with the English literary tradition. Then “rewriting the past” is considered as an ethical enterprise where literature may reconcile such apparently contrasted concepts as postmodernism and humanism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (492 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 451-482. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.