Lectures croisées des figures de l'infirme et de son territoire dans trois films de David Lynch : Eraserhead (1976), the Elephant man (1980), the Straight story (1999)

par Suzanne Fernandez Camaño

Thèse de doctorat en Cinéma

Sous la direction de Raphaëlle Costa de Beauregard.

Soutenue en 2009

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Le corps infirme dans le cinéma de David Lynch traduit le paradoxe qui existe entre la figure de l'infirme et la notion d'esthétique, entre le sacré et le profane, entre la prédestination et le libre arbitre. Il provoque le questionnement. Il est interface. Le corps infirme devient un motif en art, en particulier en peinture. Le discours filmique sur le corps infirme doit s'entendre aussi comme un discours religieux dans lequel s'opposent image et parole inscrites dans la tradition de la lecture réformée du texte biblique. Dans cette querelle, le destin de l'homme infirme apparaît dans toute sa réalité. Il a une destinée qui se confond avec la réalité de l'espace-temps de la société étatsunienne. Le territoire est traité symboliquement comme l'espace où peut se réaliser le projet de l'infirme. La ville est un lieu de perdition alors que la campagne incarne la grandeur biblique qui accompagna les premiers émigrants. Dans cette opposition, le labyrinthe peut être étudié comme une figure narrative : un objet apotropaïque qui se présente comme lieu de l'enfermement. Les héros et les antihéros lynchéens sont porteurs de valeurs qui s'inscrivent dans une triple tradition : la tradition homérique, la tradition judéo-chrétienne, ainsi que celle issue de l'Histoire américaine. Dans cette Histoire, le territoire doit être entendu comme un espace de socialisation. Le rapport entre l'espace et l'infirme pose la question de son intégration au monde. Et la relation de l'infirme au monde se lit au regard de la querelle qui oppose la théorie du créationnisme à la théorie darwinienne de l'évolutionnisme, théories qui induisent l'acceptation de l'autre dans sa différence. Dans les trois films, cette question est posée et la réponse que donne Lynch et pour chacun d'eux différente.

  • Titre traduit

    Crossed readings of the motif of the Cripple and his or her territories in three films by David Lynch


  • Résumé

    The disabled body in David Lynch's cinema mirrors the paradox which exists between the figure of the cripple and the notion of aesthetics, between the sacred and the profane, between predestination and free will. It calls for questioning. It's an interface. The disabled body becomes an artistic motif, particularly in painting. The film discourse as far as the crippled body is concerned must also be understood as a religious one in which the image and the word are opposed in the tradition of a reformed reading of the Bible. In this argument, the cripple's destiny appears in all its raw reality ; her destiny embodies the space-time reality of society. Territory is seen symbolically as the space in which the cripple's own project can be realised. The town is a place of perdition whereas the country embodies the biblical grandeur which welcomed the first settlers. In this opposition, the labyrinth can be studied as a figure of speech in the narrative : a protective space which can also be seen as a place of confinement. The heroes and antiheroes in Lynch's works are imbued with values inherited from a triple tradition : the omeric, the Judeo-Christian as well as that inspired by American history. In this history, their notion of territory is to be seen as a place for socialisation. The relationship between space and the cripple raises the issue of his/her integration into the world. And the relationship of the cripple to the world can be read in the light of the argument opposing creationism and Darwinism, two theories which lead to accepting the other in all his/her difference. The three films broach this question and Lynch gives a different answer in each.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (447, 108 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., filmogr. p. 424-439. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2009TOU20058
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.