Une archéologie de la peau et du miroir

par Jérôme Carrié

Thèse de doctorat en Arts plastiques

Sous la direction de Dominique Clévenot.

Soutenue en 2009

à Toulouse 2 .

  • Titre traduit

    An archaeology of the skin and mirror


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette thèse vise à établir les modalités fondamentales d’une relation spécifique entre la peau, le miroir et l'archéologie dans l'expérience artistique. Initiée par ma pratique plastique personnelle, cette recherche ne réduit pas la peau à sa seule acceptation de support et de surface. Elle est prise en compte comme un véritable médium au sein de la création contemporaine, une interface au contact de soi et du monde, un analogon de la peinture. C'est par le biais de la problématique de la peau et du toucher que je vais interroger la dimension tactile de l'expérience esthétique de la performance, de la peinture et de la photographie. Mes autoportraits photographiques réalisés à partir de mes performances développent le lien entre peau et miroir. Créer une photographie à partir de sa propre peau, c'est avoir la sensation de toucher la surface sensible de la photographie et d'y laisser sa trace spéculaire. L'étude menée ici propose de mettre en perspective les usages du miroir dans l'histoire de l'art jusqu'aux créations les plus contemporaines afin de mesurer la permanence de ce thème et des questionnements abordés par les artistes. Mon travail photographique s'intéresse aux reflets et aux ombres du corps. Se faisant sur l'eau, il brouille leurs limites dans des jeux de déformation, d'apparition et de disparition. La pratique de la chronophotographie m'a offert la possibilité d'appréhender les transformations de la figure humaine et de les restituer phase après phase. Puis, grâce à la sérigraphie, j'ai superposé au sein d'une image unique plusieurs séquences successives. C'est ainsi que la notion d'artchéologie a émergé pour définir cette inscription du déroulement temporel dans l'image. Mon processus de création fondé sur le contact visuel de la peau et du miroir s'entend selon le mode d'une archéologie singulière qui produit elle-meême ses propres traces. Si ma pratique s'inspire des princies de sédimentation et de stratification, mon objet archéologique n'est pas enfoui dans un passé lointain, il se révèle à fleur de peau et de miroir. Mon travail joue sur l'intégration de la peau de l'artiste dans l'image par la médiation du miroir, mais aussi sur celui du spectateur dans l'oeuvre par l'utilisation de matériaux réfléchissants. Ma pratique met le spectateur en présence d'une temporalité paradoxale dans laquelle passé et présent, immobilité et mouvement, mythologie et réalité se mêlent.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (692 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 619-654. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4620
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.