Le travail relationnel au cœur de l’expérience du cancer : mises en forme ordinaires et institutionnelles de cette épreuve

par Hélène Marche

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Marcel Drulhe.

Soutenue en 2009

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Dans un contexte de transformation des institutions et des techniques médicales, la qualité de la vie des malades est devenue l’objet d’une attention croissante, tant dans le domaine de la santé publique que dans celui du monde oncologique. À l’enjeu de la participation des malades et de leurs proches à la prise en charge proposée, s’ajoutent ceux de la personnalisation des soins et de la qualité de la relation au patient. Partant de l’analyse inductive d’une enquête ethnographique menée dans des services de cancérologie et d’aide au maintien à domicile, ainsi que d’entretiens effectués avec des patients, des proches, des professionnels et des bénévoles, cette thèse vise à mettre en perspective l’expérience du cancer au regard des ressources que les malades mobilisent pour la contrôler et le travail relationnel mis en œuvre par les professionnels du monde oncologique. Quelles instances normatives apparaissent dans la construction sociale de l’expérience du cancer, que ce soit dans le monde médical ou dans celui de la vie ordinaire ? Quelles sont les tactiques mobilisées par les malades, leurs proches, les médecins et les soignants dans la négociation du contexte de cette expérience ? Le travail relationnel des professionnels est-il en correspondance avec les mises en forme profanes de l’expérience du cancer ? L’analyse révèle les formes de relations possibles entre patients, proches et soignants et les figures de l’adversité, consensuelles ou hétérogènes, qui s’y déploient, tout en mettant en évidence l’enjeu de pouvoir que constitue le contrôle social de l’épreuve de la maladie grave.

  • Titre traduit

    Relationship work at the core of the experience of cancer : ordinary and institutional shapings of this trial


  • Résumé

    In the transformation context of medical institutions and techniques of cure and care, the promoting of cancer-striken persons’ quality of life has been considered with a more and more careful attention, in the field of public health as in the one of the oncological world. At the participation at stake of the ill and their families in the field of medical activities is added the personalization of care and the quality of the relationship with the patient. Through the inductive analysis of an ethnographic survey directed in services of cancerology and palliative home care, as well as through interviews with patients, their close relationships, professionals and voluntary helpers, this thesis aims at underlining the cancer experience from the viewpoint of the resources that the ill persons use to control it and the relationship work implemented by the professionals. What are the normative proceedings that appear in the social construction of the experience of cancer, either in the medical world or in daily life? What are the tactics used by patients, informal carers, doctors and nursing persons in the negotiation of the context of this experience? Does the relationship work implemented by the professionals correspond with an ordinary shaping of the experience of cancer? This study reveals the possible forms of relations between patients, informal carers and professionals, as well as the consensual or heterogeneous figures of adversity wich are spreading out, emphasing the power at stake which constitutes the social control of the trial of serious illness.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (498 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 417-431

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.