Expression profiling of genes controlled by estradiol (E2) and/or nuclear estrogen receptors ER α and ER β

par Alessandra Lana

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Andrée Krust et de Pierre Chambon.

Soutenue en 2009

à Strasbourg .

  • Titre traduit

    Profil d'expression de gènes contrôlés par l'oestradiol et/ou par les récepteurs nucléaires des oestrogènes ERα et ERβ


  • Résumé

    Mon projet a eu pour ambition de progresser dans la compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaires qui sous-tendent les multiples effets médiés par l’oestradiol et les récepteurs des oestrogènes. La dissection des mécanismes de signalisation a passé par l’étude de l’expression génique à grande échelle (microarray) dans certains modèles de souris que nous avons développés. Nous disposions plus particulièrement de modèles de souris:1- porteuses de mutations germinales pour ERa et ERb (ERKOs); 2- porteuses de la mutation germinale pour l’aromatase (ArKO). Notre projet devait nous permettre i) - d’identifier des gènes dont l’expression est controlée par l’oestradiol et/ou par les récepteurs nucléaires des oestrogènes ii) - d’évaluer les effets oestrogène-dépendants mais oestrogènes récepteurs indépendants (récepteurs membranaires) d’une part et de les distinguer des évènements oestrogène-indépendants mais oestrogènes récepteurs dépendants d’autre part. Les étapes de l’approche sont résumées comme suit : valorisation des résultats [détection du signal, analyse des données brutes (expression différentielle, normalisation, filtrage, statistiques, regroupement)], vérification et confirmation des données issues de la puce à ADN par PCR, interprétation biologique des données. En conclusion : les informations obtenues démontrent que les résultats des expériences de microarrays permettent de sélectionner des gènes de manière reproductible et non-ambigüe. Dans les tissus étudiés (prostate et tissu adipeux blanc) les analyses du profil d’expression de ces gènes révèlent que les effets sont principalement médiés par le récepteur alpha des oetrogènes et de manière indépendante de l’hormone.


  • Résumé

    The definition of the role of estrogen is a long-date scientific preoccupation. On the basis of the studies carried out in the last twenty years, it is now well accepted that estradiol and its cognate receptors are relevant transcription regulators in reproductive as well as non-reproductive tissues. Models of estrogen (E2) insufficiency (ArKO) and estrogen receptors (ER) dysfunction (ERKOs) have revealed new and unexpected roles of estradiol and its receptors both in female and male. The purpose of this study is to use mouse models of estrogen insufficiency (ArKO) and estrogen receptors dysfunction (ERKOs) to provide a genomic insight in the multiple and complex mechanisms defining estrogenic signaling to help understanding its role in physiological and pathological conditions. In particular the objective was to identify the genes responsive to estrogen signaling according to various possible mechanisms: 1) estrogen and estrogen receptordependent actions; 2) estrogen-independent and estrogen-receptor-dependent actions; 3) estrogen receptor-independent estrogen-dependent actions. To reach this aim, estrogen and estrogen receptors dependent genes expression profiling were performed by microarray analysis in ventral and dorso-lateral prostate and gonadal white adipose tissue from mouse models of impaired estrogen synthesis (ArKO) and ER action (ERKOs). The experimental and biological reproducibility of microarray data was first verified and confirmed providing a correlation between real-time PCR and microarrays in fold change measurements and in expression profiles across all tissues. The results obtained from the analysis of the expression profiles indicate that the classical and the non-genomic actions of estrogen are not to represent the main mechanisms of estrogenic signaling in prostate and adipose tissue. Conversely it appears that the estrogenic signaling in these tissues is exerted via estrogen receptors with an estrogen-independent mechanism of action. ERa appear to be the main mediator of the observed estrogenic effects, with mechanisms that differ according to the specific tissue. In ventral and dorso-lateral prostates, ERa seems to have inhibitory effects on transcription of target genes, supporting the hypothesis of its implication as a tumor suppressor in the prostate gland. Additional studies need to be performed to permit the identification of genes whose regulation can be directly modulated by ERs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (147 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 121-137

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2009;0305
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.