La douleur : Une écriture sur le corps a-sémantique ?

par Nafissa Boukerche-Delmotte

Thèse de doctorat en Psychologie clinique

Sous la direction de Xavier-Serge Lesourd.

Soutenue en 2009

à Strasbourg .


  • Résumé

    La clinique auprès de patients douloureux chroniques nous amène à constater que c’est au moment où la technologie médicale s’accroît considérablement et que la médecine progresse par l’accumulation des connaissances scientifiques, que le médecin est face à un point de butée face au patient présentant une ou des douleurs chroniques, accompagnées ou non de lésions. Le médecin est, en effet, confronté au réel de l’incurable. Cela nous laisse envisager une analogie entre « les phénomènes douloureux » et « les phénomènes psychosomatiques » (PPS). Dans les deux cas, à la suite d’un défaut de métaphorisation, le corps se mettrait à se manifester d’une façon tout à fait impossible à déchiffrer. L’hypothèse centrale de notre travail de recherche est la suivante : la douleur se révèle être un point aveugle qui nous laisse supposer une écriture sur le corps, l’existence d’une lettre. Cette lettre douloureuse dans le corps est une façon pour le patient d’apposer « sa signature ». Nous remarquons une massification du signifiant. Celui-ci est gelé, d’où sa fixation en un point du corps en tant que trait unaire et c’est à cet endroit que se loge toute la dimension de la jouissance. Toutefois, un changement d’écriture peut être possible. Nous étayerons nos propos à partir de quatre cas cliniques. Par ailleurs, cette question de la douleur est à la jonction de différents champs : médical, psychanalytique, social et politique. Le discours politique promu est d’obturer ce « manque à jouir » propre à tout sujet en assénant qu’il est possible de guérir de toutes les douleurs. Du coup, nous remarquons un changement sur le plan des demandes. Les patients viennent avec des demandes spécifiques du fait d’être pris par le discours dominant. Ils supposent qu’ils vont trouver un traitement qui les satisfasse pleinement. Ne pas apporter de remèdes à leur douleur devient inacceptable car on leur a fait croire le contraire. Nous tenterons de rendre compte dudit discours ainsi que celui des nouvelles politiques de la santé, qui peuvent se définir comme « le bien jouir ».

  • Titre traduit

    Pain a writing on beyound-semantic body ?


  • Résumé

    Chronical pain patients clinic bring us to conclude that: medical technology is growing enormously medical science, by the addition of scientific knowledge is in constant progress Doctors are facing a hilltop toward chronical pain patient with or without lesion. Doctors are confronted with the reality of the incurable. This lets us make the analogy between “Pain Phenomena” and “Psychosomatic Phenomena”. In both cases, following a “metaphorisation” defect, the body would release an expression impossible to read. Our research work central hypothesis is: “Pain seems to be a Blind point” which leads us to suppose a writing on the body, an existing letter. We also notice the signifiant massification. This last one is frozen, so its fixation on a body spot as a main line is at that specific spot where the whole dimension of the enjoyment lodges. Nevertheless, the writing could change. We will prop up our statements from our four “clinical cases”. Besides that question about pain is at different joint skills: medical, psychanalitic, social and political. The political promoted speech is to block this “lack of enjoyment” inner to each one by telling it is possible to heal Pain. Therefore we notice a change on requests level. Patients come with specific demands because they are caught by the dominant speech. They suppose, they will find a treatment which will satisfy them totally. Not taking care of their pain became unbearable because we made them believe the opposite. We will try to report to you on that speech, on the new political directives which could be named as: “The Good enjoyment”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (302 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 294-301.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque de psychologie et des sciences de l'éducation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2009-BOUKERCHE-DELMOTTE
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.