The concept of monetary policy rule : lessons from interwar practices and theories in France and Sweden

par Nicolas Barbaroux

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Michel Bellet et de Hans-Michael Trautwein.

Soutenue en 2009

à Saint-Etienne .


  • Résumé

    La thèse s'inscrit dans la lignée de l'histoire de la macroéconomie, et plus précisément de l'histoire de la macroéconomie monétaire, à travers l'étude du concept de politique de règle monétaire. La thèse se propose de revisiter le débat " règle vs discrétion" hérite des travaux méthodologiques de H. Simons (1936) tant en théorie qu'en pratique via l'étude des cas français et suédois pendant l'entre-deux guerres. Dans la lignée des travaux de la nouvelle orthodoxie, la thèse démontre que le débat " règle vs discrétion" est une hérésie car toute politique monétaire sous la forme d'une règle monétaire témoigne d'une complémentarité entre l'approche sous forme de règle et un contenu discrétionnaire. A l'image du message de Keynes dans le "tracte sur la réforme monétaire" (1923), l'attitude discrétionnaire s'explique en grande partie par la nécessité pour les banques centrales à l'époque de faire face au conflit entre stabilité interne (lutte contre les mouvements de prix et d'activité) et la stabilité externe (à travers l'ancrage à l'étalon or). En ce sens l'entre-deux guerres marque un tournant puisque l'intérêt pour la stabilité interne semble devenir une priorité pour un bon nombre de nations, notamment la Suède. Par opposition au cas suédois, le cas de la France est étonnant puisqu'à travers l'utilisation de données d'archives nouvelles, la thèse démontre comment la Banque de France a transformé une politique monétaire orthodoxe (celle dictée par l'adhésion au gold standard dès 1928 avec les lois Poincaré) en une politique monétaire activiste au service des besoins de la conjoncture française.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The phd belongs to the tradition of the history of macroeconomics, with a specific focus set on monetary macroeconomics throughout the study of the monetary policy rule concept. Based on the practical examples given by the French and Swedish monetary policies during interwar, the thesis aims at revisiting the theoretical and methodological debate on "rule vs discretion" inherited from the works of H. Simons, in 1936, untitled "rules vs authorities". Following the new orthodoxy tendancy, the phd demonstrates that the "rule vs discretion" debate is an heresy in the extent that monetary policy rule had never been separated from discretionary practices. Instead of supporting the opposition between monetary rules and discretionary elements, the phd pleads in favour of the complementarity between monetary policy rules, whatever the case of a more or less rigid rules, and discretionary stances. The phd demonstrates with the help of new data, how the Bank of France transformed its orthodox monetary policy (the one imposed by the gold standard philosophy) into an activist one disconnecting from the gold standard rules. All of that shows how discretionary behaviour during the gold standard was the only rule that prevailed. This message is faithfull with the spirit of Keynes (1923) according to which the discretionary content in monetary policy can be justified by the necessity to find a compromise between the internal stability (ie stability of prices) and the external stability (ie exchange rate stability entrusted in the golden rules).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (265 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 127 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.