Contribution à l'étude des fonctions d'OprF dans l'adaptation des bactéries du genre Pseudomonas à l'environnement

par Laurène Fito-Boncompte

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Sylvie Chevalier et de Alain Dufour.

Soutenue en 2009

à Rouen .

Le jury était composé de Nicole Orange, Eric Rosenfeld, Marc Feuilloley.


  • Résumé

    L'adaptation des micro-organismes aux différentes niches écologiques dépend de leur capacité à réguler l'expression de leurs gènes en fonction des conditions environnementales. Les bactéries du genre Pseudomonas sont dotées d'une forte capacité d'adaptation, ce qui leur permet de croître dans un large spectre de niches écologiques. On les retrouve en effet dans tous types d'environnements tels que les eaux, marines et douces, les sols, l'air ou encore associées à des hôtes eucaryotes, chez lesquelles elles peuvent avoir des effets bénéfiques ou non. P. Aeruginosa notamment est un germe mlésophile, pathogène opportuniste majeur de l'homme, qui provoque des infections systémiques au niveau des systèmes urinaire, respiratoire et digestif, notamment chez les patients immunodéprimés. P. Fluorescens est, quant à elle, majoritairement environnementale. Cette faculté d'adaptation nécessite la présence d'un grand nombre de mécanismes de perception de variations de l'environnement, tels que des variations de température, de salinité, d'oxygénation ou encore de pression osmotique. La membrane externe de ces bactéries, en contact direct avec cet environnement, forme une barrière de perméabilité pouvant se moduler pour faire face à différents stress. La porine majoritaire de la membrane externe des bactéries du genre Pseudomonas, OprF, est une protéine assurant le maintien de la structure pariétale, qui serait impliquée dans la perception et la transmission de signaux. Au cours de cette étude, nous avons pu mettre en évidence qu'OprF était une protéine pléiotrope dont une fonction générale pourrait être la perception de l'environnement. Elle permet de moduler la réponse bactérienne en réponse à des changements physico-chimiques du milieu extérieur. Plus précisément, nous avons pu révéler un lien entre le caractère virulent de P. Aeruginosa et OprF, cette porine pourrait transmettre un signal jusqu'au cytoplasme, ce qui déclencherait une cascade de régulation du quorum sensing, système induisant l'expression des gènes de virulence chez P. Aeruginosa.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (157 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 09/ROUE/S049
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 09/ROUE/S049
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.